Le ministre Vanclief souhaite l’adoption d’un projet de loi agricole américain sans distorsion sur les échanges

Washington (États-Unis), 10 avril 2002 – À l’occasion d’une importante conférence sur la politique agricole à Washington D.C., le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a donné les grandes lignes de la vision canadienne sur l’avenir de l’agriculture. Le ministre a exprimé clairement les inquiétudes du Canada concernant le projet de loi américain sur l’agriculture (U.S. Farm Bill).

M. Vanclief, qui a également rencontré des dirigeants politiques, lors de sa visite à Washington, est d’avis que les États-Unis ont fait preuve de leadership dans plusieurs domaines clés pendant les négociations avec l’Organisation mondiale du commerce (OMC), mais que les versions du projet de loi agricole (U.S. Farm Bill) mineraient ces réalisations.

« Le message que nous vous transmettons aujourd’hui est le suivant : les dispositions proposées dans le projet de loi agricole risquent de nous faire régresser, a dit M. Vanclief. Tous les bons leaders dirigent en donnant l’exemple. Le Canada et d’autres pays sont d’avis que la version finale du projet de loi agricole des États-Unis doit donner le genre d’exemple dont les pays participant au commerce mondial, et plus particulièrement les pays en développement, ont grandement besoin. »

Selon M. Vanclief, les versions projetées du projet de loi agricole des États-Unis se traduiraient par un nombre accru de subventions et finiraient par nuire à l’industrie agricole intérieure des États-Unis et aux agriculteurs du monde entier. M. Vanclief a exhorté les États-Unis à poursuivre dans la voie de la réduction des subventions, voie dans laquelle ces derniers s’étaient engagés lors de la Conférence ministérielle de l’OMC qui s’est déroulée à Doha (Qatar) en novembre dernier.

« Un soutien excessif favorise une surproduction qui fait alors chuter les prix. Cela se traduit par une demande accrue de soutien, a noté le ministre. Ce cercle vicieux est sans fin et les programmes font augmenter la valeur des terres. »

M. Vanclief a affirmé que les États-Unis pourraient avantager encore plus ses agriculteurs et son industrie à long terme en adoptant une approche semblable à celle du Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA) qui est en voie d’élaboration au Canada. Tout en disant que le CSA représente la plus importante réorientation de la politique agricole jamais entreprise au Canada, M. Vanclief a déclaré à son auditoire que la nouvelle vision pour l’agriculture vise à faire du Canada le chef de file mondial au chapitre de la salubrité des aliments, de la production écologique et de l’innovation.

« Les éléments du Cadre stratégique pour l’agriculture, soit la gestion des risques commerciaux, les mesures concernant la salubrité des aliments, les mesures visant à améliorer la performance environnementale, une meilleure utilisation de la science et davantage d’occasions d’améliorer la gestion des activités grâce au renouvellement des compétences, sont tous intégrés les uns aux autres pour assurer le succès du secteur », de conclure M. Vanclief.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires