Le Rapport sur les pesticides : d’ambitieuses recommandations mais un obstacle au progrès

Ottawa (Ontario), le 16 mai 2000 – L’adoption de recommandations trop strictes visant à limiter l’utilisation des pesticides nuira au développement de meilleures pratiques dans le secteur agricole, selon la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA).







« Le rapport ne tient pas compte de la réalité quotidienne des agriculteurs. La réglementation concernant les pesticides devrait être modifiée de façon graduelle. »


Le Rapport sur les pesticides, du Comité permanent de l’environnement et du développement durable de la Chambre des communes, recommande la mise en place de mesures qui sont hors de portée et contradictoires, même dans le contexte de la propre loi du gouvernement, en l’occurrence la Loi canadienne sur la protection de l’environnement.

« Les agriculteurs canadiens accordent une grande importance à la réduction de l’utilisation des pesticides. Ils retirent une grande fierté à produire des aliments parmi les plus abordables et les plus sains au monde, de déclarer M. Bob Friesen, président de la FCA. Je félicite le gouvernement de vouloir faire avancer la recherche scientifique et de vouloir actualiser les lois et les règlements. Toutefois, le rapport ne tient pas compte de la réalité quotidienne des agriculteurs. La réglementation concernant les pesticides devrait être modifiée de façon graduelle. »

La FCA est consciente que plusieurs secteurs de notre société croient qu’il est grand temps d’apporter des modifications à la Loi sur les produits antiparasitaires, adoptée il y a 30 ans. Le plus important organisme agricole du pays se dit prêt à participer aux consultations sur les questions relatives à la gestion des pesticides.

« Le domaine des pesticides est très technique et souvent mal compris, en raison des craintes que manifeste le grand public à son égard et du climat d’incertitude qui l’entoure. Les producteurs peuvent transmettre l’expertise qu’ils ont acquise dans plusieurs domaines, pour ne nommer que celui de la résistance des insectes aux pesticides. Les agriculteurs utilisent déjà d’autres méthodes pour remplacer les pesticides, dont la rotation des cultures. Ils peuvent apporter une contribution fort valable aux nouveaux projets de recherche », de dire M. Friesen.

La FCA souhaite avoir l’occasion de collaborer avec le gouvernement et de travailler à l’élaboration d’une réglementation qui incitera les agriculteurs à améliorer sans cesse leurs techniques agricoles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires