Le secteur des grains et des oléagineux a besoin d’une aide immédiate

Ottawa (Ontario), 16 janvier 2001 – Des associations professionnelles agricoles de l’ensemble du Canada demandent que les ministres de l’Agriculture fédéral et provinciaux tiennent une réunion de planification d’urgence, en vue d’apporter un soutien au revenu des producteurs de grains et d’oléagineux en difficulté.

Les exploitations agricoles ont été ravagées par une combinaison de circonstances extérieures. Les producteurs de grains et d’oléagineux, en particulier, ont été frappés par les prix parmi les plus faibles de l’histoire du marché, les coûts élevés des facteurs de production et des subventions étrangères particulièrement élevées. « Ce sont là des facteurs sur lesquels nos agriculteurs n’ont aucun contrôle, de dire Bob Friesen, président de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA). Et le gouvernement, malgré les promesses faites au cours de la campagne, continue d’ignorer la crise. »

Les membres de la Fédération ont tous convenu de communiquer avec les ministres de l’Agriculture fédéral et provinciaux dans une tentative commune en vue d’obtenir que s’ouvrent des discussions sur la façon d’assurer un soutien du revenu agricole. La FCA a publié une lettre ouverte au Premier ministre et des associations professionnelles agricoles de l’ensemble du pays ont envoyé des lettres aux ministères de l’Agriculture.

« Les députés ont pris des engagements pendant la campagne électorale et maintenant, plus rien, de déclarer Jack Wilkinson, président de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario. Pour le gouvernement, tout se passe comme s’il n’y avait rien à faire dans l’immédiat. Pendant ce temps, une catastrophe saute aux yeux des agriculteurs et des collectivités rurales. Les agriculteurs y voient du mépris, purement et simplement. »

L’annonce faite concernant Bombardier est positive, déclare la plus importante organisation agricole du pays, parce qu’elle montre que le gouvernement reconnaît les dommages que des niveaux déloyaux de subventions peuvent causer dans nos pays.

« Un secteur ne devrait pas être plus important qu’un autre. Une situation absolument identique affecte ceux qui œuvrent dans le secteur agricole. Elle affecte de nombreuses existences, bien au-delà des exploitations agricoles, jusqu’à la sécurité de l’emploi et au bien-être de la famille », de dire Bob Friesen.

La FCA prévoit obtenir une réponse du gouvernement à propos de sa proposition de réunion. La Fédération reconnaît que des négociations au sujet de programmes de financement fédéraux-provinciaux sont souvent complexes, mais elle insiste sur le fait que de nombreux agriculteurs ne peuvent plus attendre. Certains feront face à la faillite avant le printemps.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires