Le temps pluvieux et froid du printemps se traduira par de mauvaises récoltes

Montréal (Québec), 21 juin 2002 – Le temps pluvieux et froid qui a marqué les deux derniers mois aura des conséquences difficiles pour les producteurs agricoles et pourrait entraîner une augmentation des prix des légumes.

Selon l’Union des producteurs agricoles, le secteur maraîcher, concentré principalement dans la région de Montréal et dans le sud du Québec, a particulièrement souffert et des récoltes entières seront perdues. Les fraises, aussi, sont de 10 à 15 jours en retard, le volume de production est inférieure à la normale et certaines récoltes sont une perte totale.

Les grandes cultures industrielles, tels le maïs-grain ou le soya, s’en tirent un peu mieux parce qu’elles sont mieux réparties à travers la province. Le démarrage est cependant très lent et on s’attend à une année plutôt médiocre.

Enfin, les cultures de légumes de conserverie accusent un sérieux retard: les producteurs n’ont pas complété la moitié des semences qui, en temps normal, sont entièrement terminées à la St-Jean-Baptiste.

L’UPA et la Financière agricole évalueront les dommages au cours des prochains jours afin de prévoir les compensations d’assurance. Pendant ce temps, à Québec, le ministère de l’Agriculture a reçu de nombreuses demandes d’aide de producteurs non assurés. Le ministère est toutefois réticent à leur venir en aide, rappelant que ces producteurs ont décidé d’assumer les risques eux-mêmes afin d’éviter de payer des primes élevées.

Source : Presse Canadienne

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec

http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires