Le Yukon, le Manitoba et la Nouvelle-Ecosse consolident leurs efforts avec le Québec pour contrer l’exode des jeunes de leurs régions

Québec (Québec), 15 novembre 2007 – Place aux jeunes du Québec (PAJQ), qui oeuvre depuis 18 ans à contrer l’exode des jeunes et à attirer des diplômés en région, a servi de modèle dans le développement de Place aux jeunes (PAJ) et de Make Way for YOUth au Yukon, au Manitoba et en Nouvelle-Ecosse. Entreautres stratégies mises de l’avant, ces organisations offrent aux migrantspotentiels et aux chercheurs d’emploi un soutien individuel à distance et desvisites exploratoires sur le terrain.

De plus, des sites web inspirés du site québécoiswww.accrodesregions.qc.ca et faisant la promotion des emplois et des activitésrégionales ont vu le jour dans ces deux provinces et territoire. Une pagepancanadienne permet l’accès à ces portails : www.placeauxjeunes.ca. « Cessites nous donnent l’occasion de recenser les jeunes natifs avant leur départ.Tout au long de leur migration, un cyberbulletin leur est transmisrégulièrement et leur permet de conserver un lien avec leur région d’origineet de développer pour elle un sentiment d’appartenance. Il s’agit d’une étapecruciale pour que les jeunes migrants constatent le dynamisme de ces régionset puissent envisager y revenir ou s’y installer pour une première fois »affirme Gino Reeves, directeur général de PAJQ. Les sites permettent deréaliser une recherche d’emploi à distance. Notons que les employeurs peuventdiffuser leurs emplois tout à fait gratuitement.

Depuis avril 2005, Place aux jeunes du Québec (PAJQ) fait ses preuves entant que modèle de développement rural et de renforcement des capacités descollectivités ailleurs au Canada, grâce à une importante contributionfinancière répartie sur trois ans du Secrétariat rural du ministère del’Agriculture et de l’Agroalimentaire Canada (AAC) en partenariat avecPatrimoine Canada. Voulant s’attaquer elles aussi à la problématique del’exode rural, des communautés du Manitoba, du Yukon et de la Nouvelle-Ecosseont démontré un intérêt certain à adapter le modèle de Place aux jeunes. Après2 ans, les résultats obtenus sont probants.

Au Yukon, l’éloignement géographique constitue un frein au déplacementdes jeunes vers ce territoire. Toutefois, l’intérêt des jeunes canadiens àl’explorer et éventuellement à s’y épanouir professionnellement est évident.D’ailleurs, le nombre de personnes entrées en contact avec l’agent demigration de Place aux jeunes afin de recevoir un soutien individuel àdistance est passé de 75 en mai 2006 à 550 en septembre 2007. Depuis juillet2006, PAJ a aidé de nombreux jeunes à réaliser leur rêve yukonnais parl’entremise d’un stage, d’un emploi d’été ou d’un emploi permanent, ce quireprésente un accroissement de 3% de la communauté francophone du Yukon.

Au Manitoba, le taux d’exode moyen des jeunes âgés entre 15 et 24 ansdans les communautés bilingues rurales du Manitoba était de 19.6 % récemment.Depuis le lancement du programme, Place aux jeunes a réalisé 5 fins de semaineexploratoires, lesquelles ont permis à près d’une vingtaine de jeunes deredécouvrir ses régions et de prendre connaissance de la vitalitésocio-économique qu’on y retrouve. Les résultats sont déjà satisfaisants : unedizaine de jeunes sont revenus s’y installer et l’initiative reçoit beaucoupd’appui par les partenaires du milieu.

En Nouvelle-Ecosse, les jeunes ne quittent pas seulement les régionsrurales mais la province même, attirés qu’ils sont par les opportunitésoffertes ailleurs au Canada, surtout en Alberta. Dans un tel contexte, lesgouvernements fédéral et provincial ainsi que des partenaires locaux ontdécouvert en Place aux jeunes un des antidotes qui permettrait deconscientiser les jeunes aux opportunités d’emploi et d’affaires qu’offrentles régions rurales de Nouvelle-Ecosse en plus d’une qualité de vieindéniable, compensant largement les hauts salaires promis dans l’ouestcanadien. Ce jeune de retour dans la région de ses parents exprime sasatisfaction d’avoir pris part à l’expérience: « Make Way for YOUth m’a ramenéen Nouvelle-Ecosse pour de bon ».

Le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDEE) Yukon,chapeauté par l’Association franco-yukonnaise (AFY), développe Place auxjeunes pour la communauté francophone du Yukon. Au Manitoba, le Conseil dedéveloppement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM)promeut le projet dans deux communautés de la province. Enfin, enNouvelle-Ecosse, le Greater Halifax Partnership est l’organisation en chargede l’avancement du projet Make Way for YOUth, nom sous lequel PAJ est connu enlangue anglaise, qui offre ses services à une clientèle anglophone dans deuxterritoires.

Au Québec, PAJQ est maintenant bien établi dans 15 régionsadministratives. Son réseau, composé de 70 agents de migration établis dansautant de MRC, favorise l’engagement social et politique des jeunes, faciliteleur intégration professionnelle et sociale, stimule la création d’entreprisesen région et sensibilise les jeunes, leur entourage et les acteurs locaux auximpacts de la migration. En 2006-2007, PAJQ a soutenu 1130 jeunes diplômésdans leur établissement en région et a permis à 960 jeunes de participer à desséjours exploratoires. Ses principaux partenaires financiers sont leSecrétariat à la jeunesse et le Mouvement Desjardins.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires