Lente progression des semis aux États-Unis

Les semis aux États-Unis continuent de progresser à pas de tortue. Cela rend nerveux les producteurs et les marchés. Le USDA prédit malgré tout la plus importante récolte de maïs de l’histoire cette année.

Dans son rapport du 13 mai, le USDA révèle qu’à l’échelle du pays, 28 % du maïs a été semé. Il s’agit d’une progression significative sur la semaine dernière (12 %), d’un retard important sur l’an dernier au 12 mai (85 %) et sur la moyenne des cinq dernières années à pareille date (65 %).

Les météorologues prédisent du temps normal pour les deux prochaines semaines, avec des épisodes de pluie, ce qui pourrait nuire à un rattrapage rapide des ensemencements.

Plusieurs producteurs américains se demandent s’il n’est pas déjà temps d’opter pour des hybrides plus hâtifs, ce à quoi répondent les experts que les hybrides de pleine saison sont encore tout à fait adéquat. D’autres envisagent semer plus de soya, une culture jugée moins rentable.

Les états qui ont le plus de mal à faire progresser la proportion de leur maïs semé sont le Wisconsin (14 %), l’Iowa (15 %), l’Illinois (17 %), le Minnesota (18 %) et le Dakota du Nord (18 %). Dans le Midwest, la plupart des états n’avaient pas semé 30 % de leur maïs en date du 12 mai, alors qu’ils en auraient normalement semé le double.

Soya
Le soya traine aussi la patte aux États-Unis, mais de façon moins importante. Les semis ont peu progressé entre le 5 mai (2 %) et le 12 mai (6 %). Sur les cinq dernières années, à pareille date, en moyenne 24 % du soya était semé.

Pendant qu’ils rongent leur frein, les producteurs américains sont invités à lire des articles comme « Neuf choses à faire en attendant de planter » (en anglais), qui incluent : être patient, ajuster les équipements, calibrer le planteur et travailler à un plan B pour les variétés de semence.

Et dire que chez nous, les semis sont pratiquement terminés!

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires