Les bonnes pratiques de gestion des entreprises sylvicoles gagnent du terrain

Québec (Québec), 21 août 2009 – Le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) est fier d’annoncer la mise en place du Programme de certification des pratiques de gestion des entreprises sylvicoles. L’objectif de ce programmeest d’agir sur les pratiques qui induisent une compétition malsaine dansl’industrie comme, le travail au noir, le non-respect des règles de santé etsécurité au travail, le manque de transparence à l’endroit des travailleurs etla sous-traitance déloyale.

Ce programme a vu le jour à la demande de l’Association des entrepreneurs en travaux sylvicoles du Québec (AETSQ), la Fédération québécoise descoopératives forestières (FQCF) et le Regroupement des sociétés d’aménagementforestier du Québec (RESAM). Ce sont ces dernières qui ont mandaté le BNQ pourélaborer et administrer le programme de certification.

Cette certification rejoint les préoccupations gouvernementales. On sesouviendra que le ministre des Ressources naturelles et de la Faune etministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, M. Claude Béchard, aconfirmé en février dernier dans un communiqué son intention de proposer augouvernement de rendre obligatoire cette certification à compter du 1erseptembre 2010 dans les forêts publiques québécoises.

« Les pratiques de gestion déloyales amènent une compétition malsaine quia des répercussions certaines sur le développement de la filière industriellesylvicole. Les entreprises qui ont des pratiques loyales doivent êtrereconnues pour éviter d’en faire les frais et c’est justement ce que vise lenouveau programme de certification. » de rappeler Jean Rousseau, directeuradjoint au BNQ.

Une première certification a été délivrée à ce jour et plusieurs autresdevraient suivre sous peu.

À titre d’organisme central de normalisation, le BNQ a pour missiond’agir comme partenaire des milieux d’affaires, industriels, sociaux etrèglementaires afin de favoriser l’amélioration de la qualité des produits,des processus et des services, ainsi que leur acceptation sur tous lesmarchés.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau de normalisation du Québec (BNQ)
http://www.criq.qc.ca/bnq/

Commentaires