Les Fermes Cavendish ont dévoilé leur nouvelle usine au biogaz

New Annan (I.-P.-E.), 19 juin 2009 – Les Fermes Cavendish, un chef de file dans la production de pommes de terre surgelées en Amérique du Nord, ont dévoilé l’un des points centraux de leur plan d’action environnemental. Il s’agit là d’une première pour l’industrie nord-américaine de la pomme de terre.

« Nous sommes fiers de dévoiler notre usine au biogaz quitémoigne des recherches et des investissements que nous effectuons ainsi quedes mesures innovatrices que nous mettons en place afin de créer des méthodesde travail durables et écologiques, explique Robert Irving, président desFermes Cavendish, lors de l’ouverture officielle de la nouvelle usine. Ils’agit de la première usine dans l’industrie de la pomme de terre où on seservira de déchets solides de pommes de terre pour produire de l’énergie. »

L’usine se démarque des autres, car en plus de traiter les eaux uséesaprès la transformation des pommes de terre, elle se servira aussi des déchetssolides issus de la transformation afin de les convertir en énergie par voiede digestion anaérobie (un procédé naturel similaire au compostage). L’énergiesera ensuite distribuée aux autres usines Cavendish.

« En plus d’être bénéfique pour l’environnement, cette nouvelletechnologie constitue aussi, pour notre modèle d’entreprise, un avantage surle plan financier, précise M. Irving. C’est le meilleur des deux mondes pourl’Ile-du-Prince-Edouard. »

Le premier ministre Robert Ghiz a félicité l’initiative des FermesCavendish. « Je suis très heureux que les Fermes Cavendish montrent l’exemplepour tous les transformateurs en Amérique du Nord, et l’Ile-du-Prince-Edouardest l’endroit idéal pour un projet de cette envergure, explique-t-il. Notregouvernement travaille d’arrache-pied pour susciter des mesures innovatricescomme celle-là. C’est une mesure qui profitera non seulement au secteuragricole, mais aussi à toute notre population, car il y aura moins deconséquences néfastes sur l’environnement. Nous sommes fiers d’avoir pu aiderles Fermes Cavendish à mettre cet ambitieux projet de l’avant, car c’est là unprojet qui procurera de nombreux avantages à l’Ile-du-Prince-Edouard au coursdes prochaines années. »

« En convertissant un déchet en énergie et en compost utilisable, lesFermes Cavendish montrent qu’elles ont à coeur l’innovation, l’efficacitéénergétique et la réduction des déchets, affirme Richard Brown, ministre del’Environnement, de l’Energie et des Forêts. Nous trouvons motivant de voirles Fermes Cavendish utiliser des biocarburants comme sources d’énergie. Leurgeste sera bénéfique à la fois pour l’entreprise et l’environnement del’Ile-du-Prince-Edouard. »

Allan Campbell, ministre de l’Innovation et de l’Enseignement supérieur,a aussi été ravi par l’annonce. « Les Fermes Cavendish montrent le respectqu’elles ont pour leurs employés et le milieu des affaires del’Ile-du-Prince-Edouard en recourant à cette nouvelle technologie,déclare-t-il. La nouvelle usine au biogaz fera diminuer le bilan de CO2 del’entreprise et permettra à cette dernière de bien gérer ses coûtsénergétiques. Il s’agit là d’une autre preuve que les Fermes Cavendishconstituent l’une de meilleures entreprises de l’Ile-du-Prince-Edouard. »

Il s’agit de la plus grande réduction d’émission de gaz à effet de serrede l’île. L’usine présente de nombreux avantages sur le plan écologique,notamment une réduction de 30 à 35 % du bilan de CO2 des usines detransformation de la pomme de terre, une diminution de la dépendance auxcarburants fossiles pour le fonctionnement des chaudières (environ 10 millionsde litres par année), la réduction du nombre de camions nécessaires pour letransport du carburant vers l’usine, l’élimination du recours aux camions pourenlever les déchets de pommes de terre (ce qui réduit les déplacementsquotidiens des camions de 1 450 km) et la création d’un engrais biologiquenaturel qui s’utilise dans les champs à la place des déchets de pommes deterre.

« Cette technologie s’inscrit dans les mesures mises de l’avant par lesFermes Cavendish pour rendre leurs procédés de transformation durables,affirme M. Irving. La création d’un cycle bien contrôlé de collecte dessous-produits de la transformation et de conversion de ces sous-produits enénergie au même endroit diminue la dépendance de l’usine aux carburantsfossiles. »

A elle seule, la réduction des émissions de gaz à effet de serre devraitatteindre 35 kilotonnes, soit une réduction de 30 à 35 % des gaz émis par lesFermes Cavendish, soit l’équivalent de 7 300 véhicules en moins sur les routespar année. « Peu importe la méthode de mesure employée, la réduction desémissions est importante. Les employés ont raison d’en être fiers », souligneM. Irving.

L’idée de l’usine a pris naissance en 2004, et la conception a commencéau tout début de 2006. Le projet a été réalisé par l’Irving Engineering Teamen compagnie de Stantec Engineering de Fredericton et de la société allemandeKrieg and Fischer Engineering GmbH, une société d’ingénierie spécialisée dansla conception d’usines au biogaz partout dans le monde. La construction del’usine a nécessité 81 500 heures-personnes de travail et les biens etservices de 23 entreprises de l’île.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fermes Cavendish
http://www.cavendishfarms.com/

Commentaires