Les producteurs porcins de la Mauricie affichent une performance de haut niveau

Saint-Paulin (Québec), 4 mai 2004 – Profitant du bilan qu’il traçait de la démarche de cohabitation lancée il y a déjà un an par les producteurs de porcs de la région, le syndicat des producteurs de la Mauricie, conjointement avec la Fédération des producteurs de porcs du Québec, ont rendu publics les résultats d’un diagnostic agroenvironnemental mené auprès de 60 fermes porcines de la région et le plan d’action qui accompagne cette analyse.

Les résultats du diagnostic démontrent que la très grande majorité des fermes porcines recensées ont atteint l’état de conformité au Règlement sur les exploitations agricoles, en ce qui a trait notamment à la détention d’unPlan de fertilisation (92 %), d’un bilan phosphore (83 %) et au respect de lanorme phosphore 2010. « Ces résultats démontrent sans ambiguité que lesproducteurs de la Mauricie affichent une performance agroenvironnementale quiles situe dans le peloton de tête de l’ensemble de la production porcinequébécoise, déjà elle-même à l’avant-garde », a précisé André Auger, présidentdu syndicat des producteurs de porcs de la Mauricie et 1er vice-président dela Fédération des producteurs de porcs du Québec.

Par ailleurs, le diagnostic confirme que les producteurs ont adopté lesbonnes pratiques agroenvironnementales pour gérer adéquatement les volumes delisier produits sur les superficies d’épandage. Il met néanmoins en reliefcertaines améliorations qui pourraient être apportées, concernant notammentles stratégies d’épandage et l’utilisation des rampes basses. « Ceci trace, depréciser M. Auger, les paramètres du plan d’action qui accompagnera cetteanalyse ». Le syndicat compte ainsi tout mettre en oeuvre pour réduire lesodeurs et, notamment, inciter ses producteurs à acheter des rampes basses,idéalement avec des dispositifs pour enfouir le lisier dans le sol. Ainsi, unexpert sera embauché dès cet été pour sensibiliser et conseiller adéquatementles producteurs porcins. Ce dernier pourra, entre autres, avoir recours auGuide d’évaluation des rampes basses, que vient tout juste de publier laFédération des producteurs de porcs du Québec.

« Nous croyons fermement, de conclure M. Auger, que l’établissement d’unecohabitation harmonieuse entre notre production et la communauté passe par cecomportement proactif et responsable des producteurs. Elle tient également àune collaboration véritable avec nos divers partenaires, entre autresmunicipaux, et à la recherche de solutions conjointes, comme ce fut le casdans l’entente relative à Saint-Paulin, dans les démarches en vue d’améliorerla situation à Maskinongé, concernant la Ferme Porc-Royal, ou à l’achat derampes sur une base collective, pour l’ensemble de la région ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Le Porc du Québec
http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Commentaires