Les programmes de gestion des risques ne répondent pas aux besoins des agriculteurs ontariens

Toronto (Ontario), 8 mai 2003 – La ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario, Helen Johns, a déclaré que l’étude fédérale récente des programmes de gestion des risques de l’entreprise proposés aux termes du Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA) ne répond pas aux besoins des agriculteurs ontariens.

« Je propose que nous effectuions notre propre examen qui évaluera leprogramme fédéral proposé selon la perspective des familles agricoles del’Ontario. Cet examen s’ajoutera à une étude fédérale qui, du point de vue del’Ontario, est incomplète », a dit la ministre.

Cette décision fait suite aux consultations tenues par Mme Johns avec desdirigeants du secteur agricole de l’Ontario et aux critiques qui ont étéformulées quant aux limites de l’étude fédérale.

Le gouvernement de l’Ontario passera un contrat avec le centre GeorgeMorris pour que ce dernier étudie plus à fond le volet ontarien des programmesactuels de protection du revenu et leur lien avec ceux proposés aux termes duCSA. Le rapport de cette étude sera remis aux dirigeants du secteur agricolede l’Ontario et à la ministre le 27 juin 2003.

« Le secteur agricole veut être certain que les nouveaux programmes serontplus efficaces que les programmes de protection du revenu existants. Il aimploré le gouvernement fédéral de retarder la mise en oeuvre des programmesvisés par le CSA jusqu’à ce qu’il ait obtenu cette certitude », a ajouté MmeJohns.

La ministre a précisé que le gouvernement fédéral a refusé de retarder lamise en oeuvre des programmes et que l’étude récente des programmes « n’avaitpas apaisé les craintes réelles du secteur agricole, n’avait pas déterminél’incidence sur les programmes existants et n’avait pas suggéré, sinécessaire, de moyens de les modifier pour qu’ils répondent mieux aux besoinsde l’Ontario ».

Elle a expliqué que, comme les programmes de gestion des risques del’entreprise (qui sont en vigueur pour les cinq prochaines années) visent àrenforcer le secteur agricole, il convient de s’assurer, à l’aide d’un exameneffectué par une tierce partie, que la démarche suivie par le gouvernementfédéral relativement au CSA permettra d’accroître et non de réduire laviabilité du secteur agricole.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA)
http://www.agr.gc.ca/canadaentete/

Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario
http://www.gov.on.ca/OMAFRA/french/

Commentaires