L’incroyable potentiel génétique du maïs

Les plus récents records de rendements semblent démontrer que la limite génétique du rendement du maïs-grain en plein champ se situerait au-delà des 30 Tm/ha.

Alors que de nombreux producteurs nord-américains se sont donné 300 boisseaux à l’acre (18,83 Tm/ha) comme objectif de rendement élevé, les meilleurs producteurs des États-Unis arrivent à dépasser les 400 boisseaux à l’acre (25 Tm/ha). Lors de l’édition 2013 du concours annuel de rendement de la National Corn Growers Association, cinq producteurs ont réussi cet exploit.

Le record de tous les temps a été établi l’automne dernier par le producteur David Hula, de Renwood Farms, en Virginie. Il a obtenu 454.9837 boisseaux sur un acre (28,54 Tm/ha) avec l’hybride P2088YHR de Pioneer. Il cultive en semis direct en continu, avec un système d’irrigation puisant son eau de la rivière James.

« Voir 454 boisseaux sur le moniteur de rendement était très excitant. Je ne m’excite pas souvent, mais ça m’a mis un sourire au visage », confie David Hula dans une vidéo sur internet.

Le rendement moyen estimé à l’échelle des États-Unis pour 2013 est de 160,4 boisseaux à l’acre (10 Tm/ha).

David Hula cultive sur 1600 hectares en Virginie, un État qu’on n’associe pas spontanément avec la culture du maïs. Il a réussi son record en maximisant l’usage d’intrants à des endroits spécifiques sur le site d’une ancienne ferme laitière, où le taux de matière organique est plus élevé.

Son record bat celui du regretté Francis Childs, de Manchester en Iowa, qui avait obtenu 442 boisseaux à l’acre (27,7 Tm/ha) en 2002. Le record de Francis Childs tient encore pour la catégorie sans irrigation.

En vidéo (en anglais)

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires