L’industrie canadienne du porc attend encore l’aide du fédéral qui lui permettra de survivre

Ottawa (Ontario), 10 janvier 2008 – Les 11 000 producteurs de porcs du Canada sont extrêmement déçus que le premier ministre du Canada, M. Stephen Harper n’ait pas encore consenti à accorder au secteur porcin l’aide dont il a désespérément besoin pour assurer la survie de cette industrie historique.

« Un peu partout au pays, affirme Clare Schlegel, producteur de porcs ausein d’une entreprise en place depuis cinq générations et président du Conseilcanadien du porc, des producteurs de porcs perdent leur entreprise, non pasparce qu’ils ne sont pas de bons gestionnaires, mais en raison d’une séried’événements hors de leur contrôle, de la hausse du dollar canadien, du creuxdu cycle du porc et de la hausse radicale du prix des grains fourragers ».

M. Harper a annoncé aujourd’hui son intention de venir en aide auxcommunautés et aux travailleurs d’autres industries traditionnelles, dont lesecteur forestier et les industries manufacturières, mais le gouvernementfédéral n’a pas encore indiqué qu’il était prêt à venir en aide à l’une despremières industries canadiennes, celle de l’élevage.

L’industrie canadienne du porc est parmi les plus modernes au monde etplus de 50 % de sa production est exportée, surtout aux Etats-Unis. Le secteurpeut demeurer compétitif malgré les hauts et les bas caractéristiques de cetteindustrie. Mais la valeur élevée du dollar canadien combinée à la montée enflèche du prix des moulées a fait subir d’énormes pertes aux producteurscanadiens.

M. Schlegel affirme que les producteurs de porcs de tout le pays ontbesoin d’aide sous forme de prêts, pas des subventions ni de l’aide directe,pour passer à travers les prochains mois.

« La valeur ajoutée associée à l’industrie de l’élevage est nécessaire àl’économie canadienne, précise M. Schlegel. Nous demandons à notregouvernement d’accroître son soutien, comme d’autres pays concurrents l’ontfait. » Chaque journée de retard de la part du gouvernement contribue àaugmenter les probabilités de voir un producteur de porcs canadien se retirerde la production en raison des coûts écrasants qu’ils doivent affronter.

« Le Canada ne doit pas laisser cette industrie disparaître », avertit M.Schlegel.

Le Conseil canadien du porc représente 11 000 producteurs de porcscanadiens provenant de neuf provinces. Le secteur produit 31 millions de porcspar année, emploie plus de 42 000 personnes et génère 7,7, milliards dedollars en activité économique.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil canadien du porc (CCP)
http://www.canpork.ca/

Commentaires