L’OMS dément subir l’influence du secteur agroalimentaire

Genève (Suisse), 9 janvier 2003 – L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a démenti des informations publiées par le quotidien britannique The Guardian selon lesquelles elle serait infiltrée par les multinationales du secteur agroalimentaire qui exerceraient sur elle une « influence excessive. » Si l’industrie alimentaire fait connaître ses positions, « l’organisation a renforcé ses procédures pour protéger son travail de l’influence excessive de groupes extérieurs, » fait savoir l’OMS, qui dépend de l’Onu, dans un communiqué.

The Guardian a cité des parties d’un rapport commandé par l’OMS concluant au contraire.

« Il existe des soupçons crédibles selon lesquels une influence excessive a été exercée sur des politiques alimentaires spécifiques liées aux directives diététiques, à l’utilisation de pesticides, aux additifs (…), » a, selon le Gardian, écrit le consultant indépendant Norbert Hirschhorn dans ce rapport.

Reconnaissant l’existence d’une telle enquête, l’OMS a expliqué qu’elle se concentrait surtout sur les activités de l’industrie du tabac.

« La plupart des questions analysées (dans le rapport) concernent les activités de l’industrie du tabac à la fin des années 1990 et auparavant. Il a été remis à l’OMS en juin 2002, » ajoute l’OMS.

Des responsables de l’OMS ont indiqué que ce rapport avait été commandé dans le cadre de la préparation d’une campagne contre l’obésité lancée par l’organisation au milieu de l’année 2002.

L’OMS a dit qu’elle travaillait avec l’industrie agroalimentaire pour une politique alimentaire saine visant à limiter les maladies cardiovasculaires et le diabète.

« Personne n’a de raison de tenter d’influencer le processus par des moyens contraires à l’éthique, » a-t-elle ajouté.

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation mondiale de la santé (OMS)

http://www.who.int/

Commentaires