L’Ordre des agronomes fait connaître les recommandations sur l’indépendance professionnelle

L'ordre professionnel veut mettre en application certaines d'entre elles d'ici la fin de l'année

NDLR: L’introduction a été modifiée pour apporter un correctif.

L’Ordre des agronomes (OAQ) a rendu public le rapport sur l’indépendance professionnelle, déposé au conseil d’administration du 13 décembre 2019. Le comité sur l’indépendance professionnelle avait le mandat suivant:

  • Analyser les résultats de l’enquête de l’Ordre des agronomes sur les programmes de rémunération des agronomes.
  • Déterminer le niveau de risque de perte d’indépendance associée avec les programmes de rémunération et de rémunération variable des agronomes.
  • Présenter des recommandations au conseil d’administration notamment sur les programmes de rémunération des agronomes et leurs aspects éthiques et déontologiques.

Le rapport contient 17 recommandations. La première suggère de séparer en tout temps les actes de vente de produits ou de services afin de garantir l’impartialité des agronomes. Il est aussi recommandé de documenter et d’assurer une traçabilité des recommandations des agronomes. Une justification des actes fait aussi partie des éléments retenus. En plus, les agronomes seraient tenus de déclarer annuellement le mode de rémunération appliqué par leur employeur. On incite aussi l’OAQ a plus de transparence face aux acteurs externes.

En réponse au rapport, l’OAQ a indiqué qu’il “souhaite régulariser les programmes de rémunération des agronomes auprès de tous les employeurs d’ici la fin de l’année afin de les rendre conformes aux exigences de son code de déontologie”.

D’autres recommandations seraient appliquées. L’ordre professionnel a ajouté qu’il demanderait aux employeurs de changer leurs pratiques quant à la rémunération. Les agronomes disposeront de nouvelles grilles de références et lignes directrices, ainsi que d’une formation en éthique et déontologie. Cette dernière sera offerte d’ici la fin de l’année.

Les agronomes devront aussi déclarer le mode de rémunération appliqué par leur employeur lors de l’inscription des membres en 2021. La campagne d’inspection professionnelle 2020 sera également revue afin de permettre la traçabilité des recommandations de la facture au dossier du client et de la présence dans chaque dossier de client de la divulgation d’intérêts faite auprès de clients de son employeur.

L’Ordre dit aussi avoir entendu les voix réclamant plus de transparence. Il promet des modifications quant à son mode de communication, ainsi que sur l’accessibilité d’informations sur son site Web. Son rapport annuel serait également plus complet.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires