L’UPA envoie des messages clairs aux gouvernements

Québec (Québec), 5 décembre 2003 – Au terme de son 79e congrès annuel, l’Union des producteurs agricoles (UPA), envoie des message clairs aux deux paliers de gouvernement afin, notamment, de corriger rapidement la précarité du revenu net des agriculteurs et des agricultrices et de renforcer leurs outils de mise en marché collective.

Parmi les nombreuses résolutions adoptées durant cet événement,mentionnons que l’UPA mettra de l’avant incessamment des moyens d’interventionpour que les producteurs puissent, dans les différents maillons de la chaîneagroalimentaire, recouvrer leurs coûts de production dans les prix payés pourleurs produits.

Sur la question de l’OMC, l’UPA exhorte le gouvernement canadien de nejamais signer une entente qui mettrait en péril les systèmes de gestion del’offre… comme il a presque failli le faire à Cancun l’automne dernier. Elleréclame en outre du gouvernement des engagements encore plus fermes et qu’ilse batte avec acharnement pour le maintien du système de gestion de l’offre.

L’UPA revient par ailleurs à la charge auprès du gouvernement québécoispour réclamer une réforme du régime de fiscalité municipale applicable auxentreprises agricoles. Jusqu’à maintenant, en effet, Québec a été très peuloquace sur une réelle et imminente intention de corriger la situation. Lemoment est venu, estiment les délégués de l’UPA, de prendre les moyensd’action nécessaires pour obtenir la modification d’un régime inéquitable quipénalise indûment le secteur agricole, et ce, depuis trop longtemps.

L’UPA réclame également de Québec qu’on donne aux agriculteurs les moyenstechniques et financiers ainsi que le temps nécessaire pour répondre auximpératifs d’une agriculture conciliant les objectifs économiques,environnementaux et sociétaux du Québec. Rappelons qu’au cours des dernièresannées les producteurs agricoles ont investi massivement dans la mise en placede nouvelles pratiques agroenvironnementales. Au même moment, ils ont étésoumis à plusieurs mesures réglementaires qui ont fait augmenter leurs coûtsde production.

En ce qui a trait à l’autoroute 30, les producteurs sont loin deconsidérer, contrairement aux propos de la ministre de l’Agriculture, que la« partie est finie ». Tous les efforts seront déployés pour faire entendreraison à Québec afin qu’on revienne au tracé initial, comme recommandé par laCommission sur la protection du territoire agricole.

L’UPA réclame également l’instauration au Québec d’une véritablepolitique gouvernementale pour l’établissement des jeunes en agriculture quidevra avoir pour objectif d’assurer le maintien du nombre de fermes àdimension humaine par un accès à la profession pour les jeunes.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires