Maïs : bilan de la saison en Ontario

Voici un survol de la saison de culture du maïs-grain en Ontario, produit par Greg Stewart, spécialiste du maïs au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario (traduction par LeBulletin.com).

La saison 2013 a démarré lentement. En raison des conditions froides et humides, très peu de maïs a été semé en avril. Cependant, une fenêtre de beau temps s’est ouverte dans les premiers dix jours de mai et la plupart du maïs a été planté à cette période. Semer après le 10 mai s’est avéré difficile en raison des épisodes de pluie fréquents dans la deuxième moitié de mai.

Au premier juin, la superficie en maïs était supérieure à la moyenne et la culture était en conditions moyennes à bonnes pour la plupart des régions de l’Ontario. La plupart des régions ont reçu suffisamment de précipitations pendant la saison de croissance, à l’exception de quelques secteurs isolés.

Dans certains secteurs, il y a eu excès de précipitations de la mi-juin et à la fin juillet. Des déficiences d’azote en fin de saison sont devenues apparentes. Ceci a été provoqué par le lessivage de l’azote ou par la nitrification dans les sols saturés d’eau.

Des événements météorologiques avec de forts vents ont provoqué d’importants dommages par la verse dans des champs du sud-ouest de la province en juillet. Les plants qui approchaient le stade de floraison n’ont pas récupéré aussi bien que les plants touchés plus tôt dans le mois.

L’accumulation d’unités thermiques s’est maintenue à la normale ou près de la normale pour la plupart de la saison. Des conditions froides ont ralenti le développement pendant la pollinisation. Au 15 août, il y avait beaucoup d’inquiétude à l’effet que le maïs pourrait subir un gel avant d’avoir terminé le remplissage des grains.

Heureusement, la deuxième moitié du mois d’août et presque tout le mois de septembre ont offert de bonnes conditions pour le remplissage des grains. La plupart du maïs a atteint le stade du point noir avant une gelée mortelle.

Dans la plupart des régions, l’accumulation finale des unités thermiques (du 1er mai à la fin de la saison) a été de 3 % inférieure à la normale sur 30 ans.

La récolte a été retardée par des pluies fréquentes, mais la tenue du maïs a été étonnamment bonne. Dans certaines régions, la récolte s’est étirée jusqu’en décembre.

Rendements
Dans la plupart des comtés, les rendements se sont révélés de moyens à largement au-dessus de la moyenne. Lorsque tous les rendements auront été calculés, le rendement moyen pour la récolte de maïs en 2013 devrait s’établir autour de 9,73 Tm/ha à 10,04 Tm/ha, au-dessus de la moyenne sur cinq ans de 9,62 Tm/ha.

Qualité
Le poids spécifique a été affecté négativement par le fait que le remplissage des grains s’est réalisé tard en saison et aussi en raison de l’incidence de dessèchement (Northern Corn Leaf Blight – Setospaeria turcica). Dans l’ensemble, l’industrie a pu s’ajuster au poids spécifique légèrement inférieur à la moyenne. L’indicence de pourriture de l’épi et les taux de vomitoxines ont été à nouveau très bas à travers la province. Il y a donc eu peu de problèmes liés à la qualité alimentaire du grain.

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires