Marché des grains: Le soya trébuche à son tour

La météo continue d’être la tendance principale sur les marchés des grains. Ces derniers sont ballotés au gré des prévisions météorologiques et des dernières précipitations sur les États producteurs aux États-Unis.

Le facteur météo, qui est de norme en cette période de croissance, est toutefois exacerbé cette année par les anticipations des courtiers. Ces derniers tablaient depuis le début du printemps sur les effets d’un temps sec, et même d’une sécheresse dans la Corn Belt. Bien que le temps ait été anormalement sec dans plusieurs endroits, la pluie a toujours réussi à sauver la mise jusqu’à maintenant. Ceci s’est encore produit la semaine dernière. Plusieurs États du Midwest avaient été placés dans les premiers stades de sécheresse par l’agence américaine de surveillance (Drought Monitor). Des précipitations sont cependant arrivées et la pluie est demeurée plusieurs jours, amenuisant les craintes de pertes de rendements sur les prochaines récoltes.

Le soya a ainsi atteint son niveau le plus bas en deux mois, puisque la plante approche de plusieurs stades critiques de sa croissance.

Le maïs a, pour sa part, reculé à son niveau le plus bas en deux ans. Les analystes tablent en effet sur un rehaussement des prévisions de rendements pour la saison 2016 puisque les semis ont été plus nombreux que prévus, selon ce qu’a dévoilé la semaine dernière le département américain de l’Agriculture (USDA). Les rapports sur les conditions des cultures continuent d’ailleurs de montrer de bons résultats.

Seul le blé s’en est tiré puisque les périodes les plus critiques pour la céréale sont passées. Il faut dire que le blé flirte avec ses niveaux les plus bas en presque dix ans.

Les pertes de la semaine ont cependant été amenuisées par les ventes à l’exportation. C’est le cas du blé, dont la demande a été plus forte que prévu. Les cours des trois produits agricoles ont également repris du poil de la bête vers la fin de la semaine à la suite des révisions à la baisse des estimations de production par la Conab, l’agence publique agricole brésilienne. La nouvelle laisse croire que la demande pour les produits américains pourrait être plus forte que prévue dans les prochaines semaines, et même les prochains mois.

Les yeux resteront fixés pour les prochaines semaines sur le ciel. Du temps extrêmement chaud est prévu pour cette semaine, avec des pointes à 110 dégrées Fahrenheit, mais suivi de temps plus clément par la suite en juillet. Des rapports importants sont aussi attendus, dont les prévisions de rendements du USDA prévues mardi.

Le boisseau de soya pour novembre, le contrat le plus actif, a chuté de 7% à 10,5775 $US par rapport à 11,3750 $US une semaine plus tôt. Le boisseau de maïs pour décembre a reculé de 1,2% pour la semaine à 3,6250 $US, contre 3,6700 $US la semaine dernière. Le boisseau de blé pour septembre a gagné 1,1% pour terminer à 4,3500 $US, alors qu’il se situait à 4,3025 $US le vendredi précédent.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires