Maïs non autorisé: l’UE veut des explications des Etats-Unis et de Syngenta

Bruxelles (Belgique), 1er avril 2005 – La Commission européenne va « demander des clarifications » aux Etats-Unis et au groupe suisse Syngenta qui l’ont informée de l’exportation vers l’UE depuis 2001 d’un millier de tonnes d’un maïs génétiquement modifié non autorisé, le Bt-10, a-t-elle indiqué vendredi.

« La Commission européenne va demander aux autorités américaines de garantir, par des mesures appropriées, que les exportations de maïs ne contiennent pas d’OGM non autorisées sur le marché européen, comme le Bt-10 », a indiqué le commissaire à la Santé Markos Kyprianou dans un communiqué.

Le leader mondial de l’agrochimie avait avoué le 21 mars avoir vendu par erreur ce type de maïs génétiquement modifié, produit aux Etats-Unis sans pourtant avoir été autorisé non plus par les autorités américaines.

Syngenta avait alors expliqué que la protéine Bt de la lignée incriminée (Bt10) est identique à celle de la lignée Bt11 qui a été autorisé en 1998 dans l’UE en alimentation animale et humaine (sous forme de produits dérivés comme l’huile, la farine ou les confiseries) et sous forme de maïs en boîte en 2004.

Le gène Bt est utilisé pour jouer le rôle d’insecticide.

« Un millier de tonnes de Bt-10 destiné à l’alimentation animale et humaine sont rentrés dans l’UE à travers les canaux d’exportations du Bt-11 », a expliqué Philip Tod, le porte-parole de M. Kyprianou.

« Dix kilos de semences Bt-10 en France et en Espagne ont été aussi importées pour des essais de recherche. Les matériaux issus de ces recherches ont été détruits », a-t-il ajouté.

Syngenta avait affirmé le 21 mars que cette confusion entre les Bt-10 et 11 « ne changeait aucunement le profil du maïs, tant au niveau de l’alimentation, de la santé que de l’environnement ».

Mais, selon Bruxelles, « les autorités américaines n’ont pas informé la Commission que le Bt-10, contient contrairement au Bt-11, un gène conférant une résistance à un antibiotique, l’ampicillin ».

« C’est seulement le 31 mars que cette information a été donnée par Syngenta », déplore la Commission dans son communiqué.

Pour l’Agence européenne pour la sécurité alimentaire, ce gène ne doit pas être présent dans des plantes cultivées pour être commercialisées. « Selon Syngenta, ce gène est cependant inactivé dans le Bt-10 », indique Bruxelles.

Le groupe suisse s’est engagé à fournir la semaine prochaine toute l’information sur les caractéristiques moléculaires et les méthodes de détection du Bt-10.

La Commission a également demandé aux Etats membres de faire le point sur sur leurs expérimentations de culture de Bt-11 et de prendre « les mesures de surveillance nécessaires dans les zones concernées ».

L’association écologiste les Amis de la Terre a déploré « une réponse trop faible et trop tardive de la Commission qui n’a pris d’action pendant dix jours ».

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Syngenta
http://www.syngenta.com/

Commentaires