Maïs StarLink: deux sociétés américaines vont payer 110 millions de dollars

Washington (États-Unis), 7 février 2003 – Deux sociétés de biotechnologie américaines, dont une filiale du groupe franco-allemand Aventis, vont payer 110 millions de dollars pour mettre fin à un procès en nom collectif intenté par des producteurs américains de maïs affirmant avoir perdu de l’argent à cause de la controverse sur le maïs génétiquement modifié StarLink.

L’accord conclu entre les plaignants et les deux sociétés, StarLink Logistics, filiale d’Aventis qui a mis au point le maïs controversé, et Avanta USA, qui détient le distributeur de semences Starlink Garst Seed, a été approuvé dans son principe par le juge fédéral James Moran, a-t-on appris vendredi auprès de StarLink Logistics.

Il doit être soumis à un examen plus approfondi par le tribunal avant son approbation définitive.

Entre 400 000 et 500 000 producteurs pourraient se partager les 110 millions de dollars, selon le cabinet d’avocats Milberg Weiss représentant les plaignants.

Les producteurs, qui ne cultivaient pas de maïs StarLink, non autorisé pour la consommation humaine, et dont les cultures n’ont pas été contaminées par cette variété, affirmaient toutefois dans leur plainte avoir souffert financièrement en raison de la méfiance des consommateurs vis-à-vis des produits contenant du maïs, provoquée par la découverte à l’automne 2000 de traces de maïs StarLink dans des chips et des tacos.

Les exportations américaines avaient également été affectées, notamment celles vers le Japon, un gros client des Etats-Unis qui n’approuve même pas l’utilisation de maïs StarLink pour la consommation animale.

La contamination alimentaire aux Etats-Unis avait conduit à un rappel massif de plus de 300 produits en raison de plaintes de consommateurs ayant souffert de réactions allergiques.

Le maïs Starlink contient en effet la protéine Cry9C, un pesticide susceptible de provoquer des allergies chez l’homme en raison d’une digestibilité difficile.

« Cet accord représente un progrès significatif dans nos efforts pour conclure l’affaire StarLink », a déclaré John Wichtrich, président de StarLink Logistics.

Aventis avait accepté en décembre 2000 de dédommager à hauteur d’environ 85 millions de dollars les producteurs de maïs StarLink, dans le cadre d’un accord avec les autorités de 17 Etats américains.

Cet accord avait ensuite été élargi aux producteurs dont les cultures avaient été contaminées par cette semence, même si leur exploitation ne jouxtait pas un champ de maïs StarLink.

L’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a refusé d’établir un seuil de tolérance pour la consommation humaine pour ce maïs, qui n’est plus cultivé aux Etats-Unis.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Aventis

http://www.aventis.com/

United States Environmental Protection Agency (US EPA)

http://www.epa.gov/

Commentaires