Mise en marché des grains : disons les vrais choses !

Longueuil (Québec), 17 février 2004 – La Fédération des producteurs de cultures commerciales du Québec (FPCCQ) désire rectifier les faits à l’égard de certaines informations qui circulent présentement au sujet de la mise en marché des grains. En effet, certains individus et certaines organisations se sont lancés dans une réelle campagne de désinformation auprès des producteurs de grains. La FPCCQ se voit donc dans l’obligation de réagir face à cette campagne qui s’avère nuisible à la tenue d’un débat sain et constructif.

D’emblée, nous n’insisterons jamais assez sur le fait que la FPCCQ, en stimulant la réflexion sur la mise en marché des grains depuis 2000, ne fait que répondre aux mandats que lui a confiés son assemblée générale. La FPCCQ ne peut pas se soustraire à ses obligations et glisser sous le tapis un enjeu aussi crucial pour les producteurs de grains, lesquels se voient de plus en plus lésés par un marché qui présente peu ou pas de transparence.

En deuxième lieu, la réflexion menée par les producteurs de cultures commerciales portent présentement sur la faisabilité d’un encan électronique ou d’un babillard pour l’annonce des transactions. Alors, il s’agit de se doter d’un système d’information sur les marchés qui soit transparent et juste. Il n’est aucunement question d’une agence de vente centralisée et obligatoire qui permettrait à la Fédération de contrôler la gestion des lots de grains commercialisés. Certaines personnes mettent l’accent sur cette mauvaise interprétation des faits pour effrayer les producteurs et ainsi les inciter à s’objecter au travail de la Fédération en matière de mise en marché des grains. D’ailleurs, M. Denis Couture, président de la FPCCQ, insiste à l’effet que « tous les producteurs de cultures commerciales doivent être très vigilants face aux informations qu’ils reçoivent de toute part car plusieurs entreprises et individus tentent actuellement de les berner. Par exemple, une pétition circulant présentement prétend que les grains destinés à l’autoconsommation vont passer par le canal d’une agence de vente obligatoire. C’est simplement insensé et absurde! »

La FPCCQ réitère son invitation à tous les producteurs à assister à l’assemblée annuelle de leur syndicat des producteurs de cultures commerciales. Les assemblées annuelles des syndicats affiliés ont cours présentement et, si un producteur n’a pas pu participer à l’assemblée de sa région, l’assemblée annuelle de la FPCCQ se tiendra pour sa part les 24 et 25 mars 2004 à Drummondville. Lors de la deuxième journée de cette assemblée, le sujet de la mise en marché des grains recevra un traitement particulier. Ces assemblées sont autant d’occasion pour réfléchir sur la question à partir d’information juste et complète plutôt que des rumeurs et des ouï-dire.

« Nous avons besoin de la contribution du plus grand nombre possible de producteurs dans le but d’une réflexion enrichissante et constructive, conclut M. Couture. Je suis d’ailleurs convaincu que les producteurs de cultures commerciales vont passer par-dessus toutes les craintes que certains tentent de leur inculquer et se concentreront sur une réflexion posée et sérieuse.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de cultures commerciales du Québec
http://www.fpccq.qc.ca/

Commentaires