Monsanto abandonne son blé génétiquement modifié

Ottawa (Ontario), 10 mai 2004 – Greenpeace a déclaré avoir remporté une victoire pour l’environnement après que Monsanto ait annoncé la suspension de tout autre développement ou essai à champs ouverts de son blé génétiquement modifié, le Roundup Ready. Depuis 2001, une coalition formée de diversgroupes, notamment la Commission canadienne du blé, le Syndicat national desagriculteurs du Canada, le Conseil des Canadiens et les agriculteursbiologiques de la Saskatchewan s’opposent à la dissémination du blé RoundupReady.

« C’est une victoire pour l’environnement, les agriculteurs et lesconsommateurs », a déclaré Pat Venditti, de la campagne OGM pour Greenpeace.« Que le blé génétiquement modifié soit rejeté catégoriquement par le mondeentier, quasiment, prouve une fois de plus la reluctance dont font l’objet lesaliments génétiquement modifiés. »

Monsanto a annoncé ce matin qu’elle allait différer toute autre tentativede dissémination du blé Roundup Ready, et cesser la sélection de la céréale etses recherches au niveau local. Cette décision fait suite à une annonce de lasociété en 2003 disant qu’elle cessait le développement des céréalespharmaceutiques.

« Espérons que le blé génétiquement modifié soit relégué à jamais auxrangs des mauvaises idées comme le lin GM, les tomates GM et les pommes deterre GM. Plutôt que d’avoir à reprendre la bataille dans quatre ans, nousespérons que Monsanto a bien reçu le message : le blé génétiquement modifiéest sans issue, » a poursuivi M. Venditti. « Le gouvernement canadien devrait enprendre note et se poser des questions quant à son engouement pour unetechnologie inutile. »

Selon la Commission canadienne du blé, quatre-vingt sept pour cent desacheteurs de blé canadien exigent désormais une certification indiquant que lacéréale n’a pas été génétiquement modifiée. Selon un sondage du département del’agriculture américain sur les pays se disant prêts à acheter du blégénétiquement modifié, seulement quatre pays ont répondu par l’affirmative, àsavoir le Pérou, le Sri Lanka, le Pakistan et le Yémen.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Monsanto
http://www.monsanto.com/

Commentaires