Monsanto investit un milliard pour remplacer le glyphosate

Le succès de Monsanto a longtemps reposé sur l’industrie du glyphosate. L’entreprise a annoncé récemment qu’elle souhaite élargir ses activités agrochimiques en investissant plus d’un milliard de dollars américains dans la production d’un herbicide de remplacement.

Au cours des trois à cinq prochaines années, Monsanto prévoit investir dans une usine à Luling, en Louisiane, pour produire du dicamba. Luling, près de la Nouvelle-Orléans, a été un emplacement clé pour la production de glyphosate pendant des années. Monsanto s’intéresse au dicamba pour ne plus dépendre que du glyphosate, qui représente le principal ingrédient de sa gamme d’herbicides Roundup.

Monsanto vend des semences génétiquement modifiées pour résister au glyphosate. L’entreprise produit du maïs, du soya, du coton, du canola et d’autres végétaux qui peuvent tolérer d’être traités avec du glyphosate. « Au cours de la prochaine décennie, cela pourrait diversifier davantage notre production agricole et permettre des cultures à plus long terme », a affirmé Brett Begemann, président de Monsanto, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

Roundup et les produits Roundup Ready de Monsanto ont été très populaires auprès des agriculteurs, particulièrement aux États-Unis. Toutefois, la culture répandue de maïs et de soya Roundup Ready ainsi que l’utilisation courante de Roundup ont contribué à l’augmentation de mauvaises herbes résistantes au glyphosate.

Les agriculteurs cherchent des solutions pour contrer ce véritable problème. C’est pourquoi Monsanto et ses concurrents tentent de trouver des options pour remplacer le glyphosate et les produits Roundup Ready. « La réalité c’est que l’industrie va devoir évoluer tout comme les plantes évoluent », soutient Matt Arnold, analyste chez Edward Jones.

La solution de Monsanto est de combiner le glyphosate avec du dicamba pour son système de culture Roundup Ready Xtend pour les producteurs de soya et de coton. Monsanto a déclaré qu’elle prévoit au moins 200 millions d’acres pour son système de culture Roundup Ready Xtend pour le soya et le coton en Amérique.

L’entreprise a annoncé qu’elle attend toujours l’approbation des autorités chinoises pour permettre l’importation des nouvelles fèves de soya. La Chine est un des principaux acheteurs de fèves de soya américaines, mais elle hésite à approuver l’importation des nouveaux organismes génétiquement modifiés.

Source : AgCanada.com

à propos de l'auteur

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires