Métro enregistre un bénéfice net de 35,2 millions $ au deuxième trimestre de 2004

Montréal (Québec), 7 avril 2004 – Métro inc. annonce que le chiffre d’affaires de la Société a augmenté de 4,2 % pour le deuxième trimestre terminé le 13 mars 2004 et de 3,6 % pour le premier semestre pour atteindre respectivement 1 270,7 millions $ et 2 619,2 millions $.

Le chiffre d’affaires du secteur alimentaire a augmenté de 3,9 % pour ledeuxième trimestre et de 3,4 % pour le premier semestre. Ces augmentationssont attribuables à l’accroissement de la surface totale de notre réseau dedétail résultant de notre programme continu d’investissement, et àl’acquisition à la fin du troisième trimestre de l’exercice précédent d’undistributeur alimentaire desservant des commerces de petites surfaces. Lechiffre d’affaires des magasins comparables est resté stable malgré unedéflation des prix des aliments vendus en magasins, comparativement à unebaisse de 0,5 % au premier trimestre de l’exercice en cours. La Société aimplanté, au cours du deuxième trimestre, des nouveaux programmes de mise enmarché pour ses bannières Metro, Metro Plus et Super C.

Le chiffre d’affaires du secteur pharmaceutique a augmenté de 7,5 % et de6,5 % respectivement pour le deuxième trimestre et le premier semestre de2004. Ces augmentations sont le résultat du développement des pharmaciesBrunet et Clini-Plus dont le nombre total a atteint 177 à la fin du deuxièmetrimestre comparativement à 164 pour le même trimestre de l’exerciceprécédent.

Au cours du premier semestre, la Société et les détaillants ont investidans le réseau de détail 65,6 millions $, pour une augmentation nette de316 200 pieds carrés. Des rénovations majeures et des agrandissements ont étécomplétés dans 16 magasins, tandis que 12 magasins ont été ouverts.

Le bénéfice d’exploitation (avant charges de financement et impôts)(1)pour le deuxième trimestre a été de 52,2 millions $ comparativement à56,5 millions $ au trimestre correspondant de 2003. Ce bénéfice du deuxièmetrimestre représente 4,1 % du chiffre d’affaires comparativement à 4,6 % en2003. Cette diminution s’explique par la déflation des prix des alimentsvendus en magasin et par l’implantation, au cours du deuxième trimestre, denouvelles stratégies de mise en marché. Pour le premier semestre, le bénéficed’exploitation a été de 108,3 millions $, soit 4,1 % du chiffre d’affairescomparativement à 109,9 millions $ pour le semestre correspondant ou 4,3 % duchiffre d’affaires.

Les charges de financement ont été de 0,8 million $ pour le deuxièmetrimestre et de 2,1 millions $ pour le semestre comparativement à0,7 million $ et 1,5 million $ pour les périodes correspondantes de l’exerciceprécédent. Les coûts moyens de financement ont été de 3,4 % pour le deuxièmetrimestre et de 3,5 % pour le semestre comparativement à 3,8 % et 3,6 % pourles périodes correspondantes. Les augmentations des charges de financement ontété causées par l’utilisation plus grande d’emprunts bancaires à court terme.

La situation financière de la Société demeure très saine avec une dette àlong terme de 8,3 millions $ et un ratio de la dette à long terme sur l’avoirdes actionnaires de 0,01 : 1. Au cours du deuxième trimestre,Standard & Poor’s Rating Services a maintenu sa cote de crédit « A – » sur lesdettes à long terme de la Société avec une tendance stable.

La charge d’impôt du deuxième trimestre représente un taux d’impositionréel de 31,5 % par rapport à 33,2 % au même trimestre de l’exercice précédent.Le taux d’imposition du premier semestre a été de 31,5 % comparativement à33 % pour le semestre correspondant en 2003. Ces diminutions de taux en 2004s’expliquent principalement par une réduction du taux d’impôt fédéral.

Le bénéfice net pour le deuxième trimestre a diminué de 5,6 % pouratteindre 35,2 millions $ comparativement à 37,3 millions $ pour le mêmetrimestre de l’exercice précédent. Le bénéfice net dilué par action dudeuxième trimestre a été de 0,36 $ comparativement à 0,37 $ l’an dernier.

Le bénéfice net du premier semestre de 2004 a été légèrement en haussepour se situer à 72,8 millions $ comparativement à 72,6 millions $. Lebénéfice net dilué par action du premier semestre a été de 0,74 $ encomparaison de 0,72 $ pour le semestre de l’exercice précédent, soit unehausse de 2,8 %.

Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation se sont élevésau deuxième trimestre à 51,6 millions $ comparativement à 51,8 millions $ pourla période correspondante de l’année précédente. Pour le semestre, ils sontpassés de 113,8 millions $ en 2003 à 109,3 millions $ en 2004. Cette variationau premier semestre s’explique principalement par l’exigibilité d’une portiondes impôts futurs reliés à une planification fiscale qui s’est terminée à lafin du dernier exercice, ainsi que par l’encaissement des crédits de taxes surles intrants à recevoir liés à celle-ci plus élevés que l’an dernier.

Les flux de trésorerie liés aux activités d’investissement se sont élevésà 8,5 millions $ pour le deuxième trimestre de l’exercice en cours,comparativement à 24,8 millions $ pour le trimestre correspondant del’exercice 2003. Pour le semestre de l’exercice, les flux de trésorerie liésaux activités d’investissement se sont élevés à 64 millions $, comparativementà 51,1 millions $ pour la période correspondante. Ces variations s’expliquentprincipalement par des dispositions d’immobilisations effectuées au cours dudeuxième trimestre de 2004 pour 10,2 millions $ et par la souscriptiond’actions de 23,6 millions $ dans Alimentation Couche-Tard Inc. au cours dusemestre.

Le 7 avril 2004, le conseil d’administration de la Société a déclaré undividende trimestriel de 0,085 $ par action à l’égard des actions subalternescatégorie A et des actions catégorie B, payable le 25 mai 2004, soit unehausse de 21,4 % par rapport au dividende déclaré au même trimestre de l’annéeprécédente.

« Nous sommes confiants que, grâce à nos programmes d’investissement audétail et à nos nouvelles stratégies de mises en marché implantées au cours dudeuxième trimestre, nous pourrons maintenir notre position concurrentielledans un marché alimentaire en évolution », de dire M. Pierre H. Lessard,président et chef de la direction.

(1) Ce bénéfice est présenté à titre d’information relative. Il n’a pas de sens normalisé prescrit par les PCGR du Canada et ne peut donc être comparé à des mesures du même type présentées par d’autres sociétés publiques.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Métro
http://www.metro.ca/

Commentaires