Ligne de temps

Mythes et réalités sur la décomposition des résidus

Les résidus de culture jouent un rôle important en protégeant le sol contre l’érosion lors des pluies et des grands vents. Ils ont aussi un rôle important pour stimuler l’activité biologique dans le sol, apportant des éléments nutritifs essentiels comme le carbone organique et de l’azote.

Les résidus sont décomposés par activité biologique et chimique. La décomposition varie selon les conditions environnementales que sont la température de l’air et du sol, l’humidité dans le sol, le pH, l’oxygène dans le sol et la communauté microbienne. En agriculture, les systèmes de récoltes annuelles influencent ces conditions environnementales si critiques pour la décomposition des résidus.

Parmi les producteurs et les agronomes, deux croyances sont répandues. La première veut que le labour puisse accélérer la décomposition des résidus en les brisant et les enfouissant. La seconde veut que l’application d’azote après la récolte accélère la décomposition. D’après les recherches de Mahdi Al-Kaisi, professeur d’agronomie à l’Iowa State University, ces deux croyances pourraient ne pas être fondées.

Effets du travail du sol
Des essais récents à l’Iowa State University ont révélé que le type de travail de sol n’avait aucun effet significatif sur la décomposition des résidus. Sur trois ans, on a comparé la différence entre le labour profond, le travail en bande et le semis direct sur la décomposition de résidus de maïs Bt et maïs non-Bt. Après 12 mois, il n’y avait à peu près aucune différence dans la décomposition des résidus selon le type de travail de sol ou d’hybride. De 34 à 49 % des résidus de maïs pouvaient toujours être observés en surface.

Applications d’azote
La décomposition des résidus a été comparée à la suite d’applications d’azote immédiatement après la récolte, en trois différentes doses : 0, 30 et 60 livres à l’acre. Le taux de décomposition a été mesuré tous les trois mois pendant un an.

Les résultats ont démontré qu’il n’y avait aucune différence dans les taux de décomposition entre les différentes doses d’azote. Cela voudrait dire que d’appliquer de l’azote pour accélérer la décomposition des résidus n’est pas efficace. En fait, l’application d’azote à l’automne, immédiatement après la récolte, ne serait pas une stratégie efficace, puisque les températures du sol et de l’air se refroidissent à ce temps de l’année.

Les mêmes résultats ont été observés en laboratoire. Des échantillons de résidus de maïs ont été incubés en laboratoire pendant 30 jours. Le taux de décomposition a été le même qu’en plein champ, sans varier selon la dose d’azote. La décomposition s’est ralentie par température basse et elle s’est accélérée par température élevée, sans que la dose d’azote n’ait d’effet sur le taux de décomposition.

Source : Agriculture.com

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires