Nouveau cas d’ESB diagnostiqué en Alberta : notre statut demeure inchangé

Longueuil (Québec), 11 janvier 2005 – « Les experts internationaux nous avaient informés qu’il était prévisible que d’autres cas de vaches atteintes d’ESB soit détectés. Le fait que cette fois-ci la vache soit née en mars 1998,soit quelques mois après l’interdiction de l’utilisation de la farine animale,n’est pas surprenant non plus. En effet, les experts avaient mentionné qu’ilfaudrait compter sur une période d’environ une année avant que les farinesanimales bannies puissent être éliminées des fermes. »

C’est donc sans surprise que réagissait, M. Michel Dessureault, présidentde la Fédération des producteurs de bovins du Québec, à l’annonce faiteaujourd’hui par l’Agence canadienne d’inspection des aliments à la suite de ladécouverte d’un nouveau cas d’ESB en Alberta.

Pour le président de la Fédération, il importe de préciser que l’annonced’aujourd’hui ne change en rien le statut du Canada, qualifié selon les règlesde l’Office international des épizooties (OIE), de « pays à risque minimal »pour l’ESB. Dans les faits, il faudrait trouver encore 10 vaches atteintesd’ESB au cours des 11 prochains mois pour changer de statut, ce qui est tout àfait improbable.

Selon M. Dessureault, la découverte de ce nouveau cas ne devrait pas nonplus nuire au processus de réouverture de la frontière américaine annoncée parle USDA et qui devrait entrer en vigueur le 7 mars 2005.

M. Dessureault a également précisé que les niveaux de surveillance auCanada sont plus élevés que ceux recommandés par l’OIE et que l’annonced’aujourd’hui démontre l’efficacité de notre programme de surveillance.

En terminant, le président de la Fédération des producteurs de bovins duQuébec réitère sa confiance envers l’innocuité du boeuf canadien. Laprotection de la santé publique est assurée grâce au retrait du matériel àrisque spécifié (MRS) de tous les animaux abattus aux fins de consommationhumaine. Cette mesure est reconnue à l’échelle internationale comme la plusefficace qui puisse être prise pour protéger la santé publique contre l’ESB.

La Fédération des producteurs de bovins du Québec regroupe 24 300producteurs de boeufs et de veaux établis dans toutes les régions du Québec.Troisième plus importante production animale au Québec, l’industrie génère desventes annuelles de plus de 600 millions et commercialise annuellement quelque800 000 bovins. La Fédération représente les cinq secteurs de la productionbovine : veaux d’embouche, bouvillons d’abattage, veaux de grain, veaux delait et bovins de réforme et veaux laitiers.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)
http://www.bovin.qc.ca/

Office international des épizooties (OIE)
http://www.oie.int/

United States Department of Agriculture (USDA)
http://www.usda.gov/

Commentaires