OMC : Le Canada doit protéger son agriculture des subventions des grandes puissances

Cancun (Mexique), 9 septembre 2003 – « Tous les pays devraient avoir le droit de se protéger des subventions agricoles des grandes puissances et d’assurer le développement de leur agriculture. C’est crucial pour l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire, chez nous et ailleurs dans le monde » a affirmé M. Laurent Pellerin, président de l’Union des producteurs agricoles(UPA) et premier vice-président de la Fédération canadienne de l’agriculture(FCA). M. Pellerin a fait cette déclaration à Cancun lors d’un point de pressedes représentants canadiens des producteurs de lait, d’oeufs, de volailles etde la FCA à la veille de la rencontre ministérielle de l’OMC. « Cette rencontrerisque d’être déterminante. Certaines des propositions sur la table desnégociateurs, notamment en ce qui concerne l’accès au marché et la réductiondes barrières tarifaires, menacent la survie même des productions sous gestionde l’offre » d’ajouter M. Pellerin.

L’industrie agroalimentaire est inquiète
M. Claude Lafleur, secrétaire général de la Coopérative Fédérée de Québecet porte-parole de GO5 La coalition pour un modèle agricole équitable, lagestion de l’offre, a fait ressortir, pour sa part, l’importance de la gestionde l’offre pour l’économie des régions. « En tant que partenaires d’affairesdes producteurs, tant en amont qu’en aval, nous sommes très préoccupés parl’issue de ces négociations pour les secteurs sous gestion de l’offre. Cesderniers jouent un rôle très important pour l’économie des régions grâce à lagrande stabilité et au revenu décent qu’ils assurent aux producteurs sansrecours aux subventions de l’Etat » a-t-il déclaré.

Rappelons que GO5 est une large coalition québécoise qui regroupe desentreprises, des organisations et des individus liés directement ouindirectement aux activités des productions agricoles sous gestion de l’offre,soit le lait, le poulet, le dindon, les oeufs de consommation et les oeufsd’incubation. Cette coalition, qui réunit tous ceux qui sont préoccupés del’avenir de l’agriculture, a été lancée à Montréal à la fin juillet en margede la mini-conférence ministérielle de l’OMC afin d’appuyer les représentantsdu gouvernement fédéral dans le cycle de négociations de Doha qui doit seconclure le 1er janvier 2005.

La Coalition a réitéré son soutien aux négociateurs canadiens qui doiventcontrer les effets des propositions des grandes puissances commerciales quivisent à maintenir leur capacité de subventionner grassement leur agriculture.« Le Canada s’est engagé à préserver, à l’issue de la négociation, lesconditions nécessaires à l’opération de systèmes de gestion de l’offreefficaces. Cela est d’autant plus crucial que le gouvernement canadien n’estpas en mesure de soutenir financièrement son agriculture comme le font lesEtats-Unis et l’Europe. La protection tarifaire est essentielle pour protégerles productions sous gestion de l’offre du ‘dumping’ sur le marché canadien deproduits subventionnés » de conclure M. Pellerin. Au Québec, les secteurs sousgestion de l’offre (lait, poulet, dindon, oeufs d’incubation et oeufs deconsommation) représentent plus de 2,4 milliards de dollars de recettesmonétaires à la ferme selon les plus récentes statistiques, soit environ 41 %des recettes agricoles totales du Québec. Elles génèrent 70 000 emploisdirects et indirects.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Coopérative Fédérée de Québec
http://www.coopfed.qc.ca/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires