Option consommateurs déplore le rejet du projet de loi privé C-517 sur l’étiquetage obligatoire des OGM

Montréal (Québec), 8 mai 2008 – Option consommateurs est extrêmement déçu du rejet du projet de loi privé C-517 par la Chambre des communes, qui aurait enfin rendu l’étiquetage des organismes génétiquement modifiés (OGM) obligatoire. Cette décision ne respecte pas la volonté de la majorité desCanadiens.

Rappelons que des sondages indiquent qu’au Canada, 80 à 95 % des citoyenssont en faveur d’une telle loi et qu’une quarantaine de pays a déjà reconnu cedroit fondamental en se dotant d’un système d’étiquetage des OGM obligatoire.

En 2003, le premier ministre, Jean Charest, a promis de rendrel’étiquetage des OGM obligatoire mais sa promesse électorale tarde toujours àse réaliser. Toutefois, il a le pouvoir de légiférer dans ce dossier.« Monsieur Charest ne peut plus utiliser le prétexte d’attendre un gested’Ottawa et des autres provinces. Il doit maintenant passer à l’action affirmeMichel Arnold, directeur général d’Option consommateurs. Selon la charte desNations Unies, le droit à l’information est fondamental. Par conséquent, leconsommateur doit pouvoir savoir si les aliments qu’il mange contiennent desOGM. Il faut que les gouvernements prennent les mesures nécessaires pour quece droit soit respecté ».

Créée en 1983, Option consommateurs est une association sans but lucratifvouée à la défense et à la promotion des droits consommateurs. Pour ce faire,elle s’est engagée dans une vingtaine de recours collectifs et s’intéresse deprès aux questions reliées à l’énergie, à l’agroalimentaire, aux servicesfinanciers et aux pratiques commerciales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Option Consommateurs
http://www.option-consommateurs.org/

Commentaires