Partenariat des producteurs de bovins du Québec avec Colbex-Levinoff : aucune opposition devant la Régie

Montréal (Québec), 27 mai 2005 – « Le projet de partenariat desproducteurs de bovins dans l’entreprise d’abattage et de transformation Colbex-Levinoff est nécessaire et essentiel pour régler les problématiques engendréespar la forte concentration de l’industrie d’abattage et la sous-capacitéd’abattage, amplifiées par la crise de l’ESB, mais aussi pour permettre auxproducteurs d’aller chercher leur juste part de la plus-value du marché. »

C’est en ces termes que le président de la Fédération des producteurs debovins du Québec, M. Michel Dessureault, a débuté son intervention lors de laséance publique tenue hier par la Régie des marchés agricoles et alimentairesdu Québec dans le dossier de l’acquisition de l’abattoir Colbex-Levinoff.

Selon le président de la Fédération, pour se sortir de la crise et mettre fin à leur dépendance, les producteurs ne peuvent faire autrement que de prendre une part plus active dans la mise en marché de leur produit et d’investir collectivement dans l’acquisition d’abattoirs. « En se dotant d’unoutil stratégique durable, en se rapprochant des consommateurs et en allantchercher la plus-value qui découle du marché, non seulement les producteursrendront leur mise en marché plus ordonnée et efficace, mais ils retrouverontune plus grande autonomie financière. » Ainsi, n’a pas manqué de rappelerM. Dessureault, les producteurs pourront mieux traverser les crises et auront,à moyen terme, moins besoin du soutien financier de l’Etat.

Le fort consensus entourant ce dossier s’est également reflété lors de laséance publique; aucun organisme, ni individu, ne s’est opposé au projet desproducteurs. De plus, l’UPA et la Fédération des producteurs de lait du Québecsont venues tour à tour appuyer inconditionnellement le projet.

La démarche de prise en charge par les producteurs de bovins du Québecest également largement soutenue par les gouvernements, mais aussi pardifférents intervenants qui ont analysé la situation. Encore récemment, leComité sénatorial permanent de l’agriculture et des forêts d’Ottawa rendaitpublic, le 19 mai dernier, son rapport provisoire portant sur La capacitéd’abattage des bovins au Canada. On y mentionnait alors « que le Comité saluenotamment les efforts des éleveurs de bovins du Québec pour acheter deuxusines de transformation afin de remonter la chaîne de valeur et conserver uneplus grande part des profits. De tels arrangements peuvent aussi permettre unsystème de traçabilité intégrale du veau jusqu’à la viande, avantage qui peutplaire à certains consommateurs. »

Rappelons que c’est le 2 décembre 2004 que la Fédération des producteursde bovins du Québec et Colbex-Levinoff concluaient une entente de principe quipermettra aux producteurs de devenir actionnaires majoritaires du plusimportant plan d’abattage et de transformation de vaches de réforme dans l’estdu Canada, à compter du 1er janvier 2006. Le 24 mars 2005, les partiessignaient un protocole d’acquisition qui, en vertu de la Loi sur la mise enmarché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche, doit obtenirl’aval de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. LaFédération des producteurs de bovins du Québec s’attend maintenant à ce que laRégie accède rapidement à la demande d’exemption, telle que formulée.

Reste également à finaliser le montage financier du projet d’acquisition.Outre la mise de fonds provenant des producteurs, la Fédération compte surl’apport financier des gouvernements de Québec et d’Ottawa qui demeureindispensable à la réussite du projet. Soulignons que dans le but de seconstituer un fonds de développement, les producteurs ont adopté en mai 2004un prélevé de 20 $ pour chaque bovin de réforme mis en vente. Grâce à cefonds, les producteurs seront en mesure d’investir collectivement 6 millionsde dollars dans leur projet d’abattoir.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)
http://www.bovin.qc.ca/

Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ)
http://www.rmaaq.gouv.qc.ca/

Commentaires