Pas de fonds du fédéral si les provinces ne signent pas l’accord agricole

Ottawa (Ontario), 28 janvier 2003 – Les ministres provinciaux de l’Agriculture feraient mieux d’avaliser la nouvelle politique agricole d’Ottawa cette semaine s’ils veulent obtenir leur part de financement, a prévenu le ministre fédéral de l’Agriculture, Lyle Vanclief.

Tandis qu’il se préparait en vue de la rencontre fédérale-provinciale des ministres de l’Agriculture, vendredi à Toronto, M. Vanclief a lancé cet ultimatum concernant la nouvelle et controversée politique agricole. Et il se disait confiant de voir toutes les provinces signer l’accord afin que la nouvelle politique agricole prenne effet le 1er avril. Selon lui, ce programme traite tous les fermiers selon les mêmes critères.

Cependant, toutes les provinces ne partagent pas l’optimisme de M. Vanclief. Les ministres de l’Agriculture se sont rencontrés le mois dernier à Ottawa mais ils ne sont pas parvenus à adopter une position commune.

Le ministre québécois de l’Agriculture, Maxime Arseneau, croit qu’Ottawa insiste trop pour déterminer comment les provinces dépenseront le financement fédéral.

Le Québec et l’Ile-du-Prince-Edouard n’ont pas encore signé l’accord. La Saskatchewan pourrait quant à elle le parapher vendredi.

Selon Dick Proctor, député du Nouveau Parti démocratique en Saskatchewan, Ottawa n’est pas assez à l’écoute des fermiers. « Cela peut coûter de l’argent aux fermiers car on va leur donner un montant précis et après cela, plus rien. » M. Proctor a demandé à Ottawa d’attendre un an de plus avant de mettre en marche ce programme.

Cet accord quinquennal, annoncé en juin dernier, coûtera 5,2 milliards $ à Ottawa. Le gouvernement fédéral veut que les provinces ajoutent 3 milliards $ de plus.

L’argent sera versé à des programmes agricoles dans des domaines comme la salubrité alimentaire, la recherche, l’environnement, l’aide aux fermiers qui doivent s’adapter aux changements de l’agriculture.

La semaine dernière, le président de l’Association des producteurs de blé, Dennis Jack, a dit que le nouveau programme agricole ne devrait pas être appliqué avant que toutes les questions soient résolues.

Source : PC

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires