Pessimisme et beau temps

Les prix des grains ont terminé la semaine dernière sur une note essentiellement négative. Toutefois, suivant la vague de panique qui a emporté l’ensemble des marchés financiers à partir de la nuit de mardi à mercredi, les prix des grains semblent avoir repris un peu de tonus avant la clôture des marchés vendredi.

Lorsque qu’on jette un regard sur l’évolution des prix des grains au courant de la semaine dernière, il est quand même intéressant de constater qu’à l’exception du soya, les prix seront parvenus à terminer avec un gain net positif. Comme quoi malgré un contexte économique qui préoccupe toujours aux États-Unis et en Europe, les investisseurs et spéculateurs ne sont pas prêts à délaisser leurs positions dans les commodités agricoles comme les grains.

Les prix des grains ont fait face à des conditions météorologiques aux États-Unis qui prennent du mieux, avec plus d’averses de prévues et des températures plus près des normales.

Pour le maïs, ce retour de conditions plus favorables survient trop tard puisque la période critique de la pollinisation est bel et bien terminée. Par contre, elles surviennent à un moment opportun pour les cultures de soya américain (floraison et début du remplissage des gousses). Ceci explique d’ailleurs le recul important de sa valeur sur les marchés cette semaine alors que ceux du maïs et du blé sont parvenus à progresser.

Tout au long de la dernière semaine, les prévisions des marchés concernant les résultats du prochain rapport mensuel du USDA qui sera publié le 11 août ont vu le jour. Reflétant les dommages qu’ont pu subir les cultures de maïs aux États-Unis, les marchés anticipent une révision à la baisse du rendement des cultures de maïs cette année aux États-Unis.

Pour les prochains jours, excluant le sentiment général pessimiste qui a pris d’assaut l’ensemble des marchés financiers, les prix des grains devraient demeurer sur la défensive et se positionner en vue du prochain rapport mensuel du USDA qui sera publié jeudi.

Ce rapport permettra aux marchés d’en savoir un peu plus sur non seulement les pertes de rendement que peuvent avoir subi les producteurs américains de maïs et soya, mais également le fait que de nouveaux ajustements aux superficies cultivées puissent avoir été nécessaires en raison du printemps humide et des nombreuses inondations qui ont eu lieu aux États-Unis.

Plus d’information sur www.grainwiz.com

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires