Plus de 50 % des champs de maïs touchés par la pyrale en 2001

Saint-Pie-de-Bagot (Québec), 20 décembre 2001 – Pas moins de 51 % des champs de maïs non-Bt visités par les équipes de dépistage NK ont été touchés par la pyrale cette année, ce qui signifie qu’un plant de maïs non-Bt sur deux a subi des dommages à cause de cet insecte. « Nous avons visité 151 champs de maïs non-Bt répartis dans les différentes régions du Québec afin de déterminer le taux d’infestation moyen. Si nous avions eu la chance de visiter tous les champs non-Bt de la province, le taux d’infestation serait peut-être même plus important, indique Stéphane Chaume, responsable des services agronomiques et du programme de dépistage pour Syngenta Semences au Québec. Quoi qu’il en soit, une réalité demeure : la pyrale reste bel et bien l’ennemi numéro un des producteurs de maïs au Québec. »

La deuxième visite menée un peu avant la récolte a permis de constater que le taux d’infestation de la pyrale a presque quintuplé dans toutes les régions du Québec comparativement à la mi-juillet, passant de 10 % à 51 % pour l’ensemble de la province. Ce constat démontre bien l’omniprésence de la pyrale dans les champs de maïs québécois. « La pyrale mine la qualité et le rendement des cultures de maïs et malheureusement, ses infestations restent encore à ce jour imprévisibles », ajoute M. Chaume.

Région 2e dépistage
Mi-septembre
1er dépistage
Mi-juillet
Est 56 % 12,5 %
Rive-Nord 48 % 6,1 %
Sud-Ouest 49 % 11,3 %
Ensemble des régions 51 % 10 %

Est : tous les sites à l’est de la rivière Saint-François.
Rive-Nord : tous les sites au nord du fleuve Saint-Laurent.
Sud-Ouest : tous les sites à l’ouest de la rivière Saint-François.

Sévérité de l’infestation par la pyrale

Pour bien évaluer l’importance des dommages de la pyrale, il faut considérer deux aspects, le premier étant le taux moyen d’infestation qui est de 51 % cette année et le deuxième étant la sévérité de l’infestation. Pour déterminer la sévérité, les dépisteurs ont mesuré la longueur des galeries creusées par les pyrales dans les tiges du maïs lors de leur deuxième visite à la mi-septembre et ont établi la sévérité à l’aide d’une grille élaborée à l’Université Purdue qui met en relation la longueur des galeries et la sévérité de l’infestation. Ils ont ainsi évalué que le Québec a connu une sévérité modérée d’infestation alors que la longueur moyenne des galeries se situe à 6 cm.

« La région de l’Est du Québec est la plus touchée par la pyrale cette année tant au niveau de la sévérité de l’infestation (longueur moyenne des galeries de 8,8 cm) que du taux d’infestation (56 %), indique M. Chaume. Quant aux autres régions, c’est-à-dire la Rive-Nord et le Sud-Ouest du Québec, la longueur moyenne des galeries a été respectivement de 4,7 et de 4,6 cm. »

L’avantage de rendement des hybrides Bt

Pour compléter ce programme de dépistage, l’équipe NK a effectué des pesées comparatives au moment de la récolte 2001 afin d’évaluer le rendement des hybrides de maïs Bt vs les hybrides non-Bt de maturité similaire semés côte à côte. « Les résultats finaux du dépistage ont permis de constater que les hybrides qui sont protégés contre la pyrale par le gène Bt ont de nouveau obtenu des rendements supérieurs à ceux des hybrides non-Bt pour la récolte 2001, précise M. Chaume. Nous avons observé en moyenne un rendement additionnel de 350 kg à l’hectare à l’échelle du Québec. À un prix de 118,10 $ la tonne métrique, cette différence de rendement représente un potentiel de profit additionnel de 41,34 $ la tonne. »

La pyrale du maïs est un insecte imprévisible et on connaît encore mal les divers facteurs qui déterminent ses infestations. On ne peut pas prévoir d’une année à l’autre ni même, d’un champ à l’autre, l’ampleur des dommages qu’elle causera aux cultures de maïs et par le fait même, les pertes de rendement qu’elle engendrera. La perte de profit potentiel pouvant s’avérer énorme, il devient donc profitable pour les producteurs de protéger leurs champs contre la pyrale en semant des hybrides Bt.

Grâce à son programme de dépistage, NK dispose maintenant de cinq années de résultats pour documenter le comportement de la pyrale et faire l’évaluation de ses dommages.

Syngenta est un leader mondial du secteur agribusiness. La société se place au premier rang sur le marché des produits de protection des cultures et au troisième sur celui des semences commerciales à haute valeur ajoutée. Le chiffre d’affaires pro forma de l’année 2000 était d’environ 10,5 milliards $CAN. Syngenta emploie plus de 20 000 personnes dans plus de 50 pays. La société s’engage dans le développement d’une agriculture durable à travers des activités de recherche et des technologies novatrices.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Syngenta Canada

http://www.syngenta.ca/

Commentaires