Premier cas de transmission de l’ESB à l’homme au Japon

Tokyo (Japon), 4 février 2005 – Un Japonais a contracté la maladie de la vache folle après un séjour en Grande-Bretagne dans les années 1990, premier cas de la variante humaine de l’ESB au Japon, mais il n’y a aucun risque émanant de la consommation de boeuf local, a annoncé le ministère de la Santé.

Des symptômes de la variante humaine de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, connue chez les bovins sour le nom d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB ou maladie de la vache folle), ont été décélés chez le patient, a déclaré un porte-parole du ministère lors d’une conférence de presse.

« Nous confirmons qu’il s’agit du premier cas de variante de la maladie de Creutzfeldt-Jacob au Japon », a dit le porte-parole.

La victime, âgée d’une cinquantaine d’années, est décédée en décembre dernier d’une « grave dégradation mentale », selon l’agence japonaise Jiji Press.

La maladie de Creutzfeldt-Jakob est une infection humaine neuro-dégénérative rare et fatale qui dérègle les fonctions du corps et s’attaque au cerveau.

Le patient avait passé un mois en 1989 en Grande-Bretagne, où près de 150 personnes sont déjà mortes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Selon les autorités sanitaires nippones, « les chances sont grandes » que la victime ait contracté la terrible maladie en Grande-Bretagne.

« Les gens ne seront pas infectés en vivant normalement chaque jour (au Japon) », a assuré le porte-parole du ministère de la Santé.

En 2001, année où l’Archipel avait découvert son premier cas de vache folle, les autorités avaient cru déceler un premier cas de transmission de la maladie chez une fillette, mais des examens avaient infirmé cette hypothèse.

La possibilité de la transmission de l’ESB –apparue au début des années 1990 en Grande-Bretagne– chez l’homme par la consommation de viande bovine a été mise en évidence en 1996.

Le Japon a déjà recensé plus de 1.000 cas de variante humaine de la maladie de Creutzfeldt-Jakob mais aucun n’était directement lié à l’ESB.

Le Japon est le seul pays en Asie à avoir confirmé des cas d’ESB.

Le premier cas avait été annoncé en septembre 2001. Depuis, les autorités vétérinaires procèdent à des tests sur chaque vache abattue en vue de consommation humaine.

Le Japon a par ailleurs interdit les importations de viande de boeuf en provenance des Etats-Unis depuis décembre 2003 après la découverte d’un cas d’ESB chez un bovin dans l’Etat de Washington.

Les deux pays sont parvenus à un accord de principe pour que l’Archipel reprenne ses importations, mais ils travaillent encore sur les tests de dépistage de l’ESB sur le jeune bétail.

Le Japon est le premier débouché pour la viande de boeuf d’origine américaine.

Source : AFP

Commentaires