Prix 2001 du professeur émérite de l’ITA de Saint-Hyacinthe

Saint-Hyacinthe (Québec), 23 octobre 2001 – Le 29 septembre dernier, à l’occasion de sa 37e cérémonie de remise des diplômes, l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) de Saint-Hyacinthe procédait à l’attribution de son Prix Émérita qui vise à reconnaître l’apport et l’engagement d’un professeur à la retraite qui fut à la fois une inspiration, un modèle et une référence pour les élèves de l’Institut et qui contribua par le fait même à la croissance et au développement du bioalimentaire. Le récipiendaire de cette année est monsieur Jean Corbeil, de Sainte-Rosalie, professeur en génie rural à l’ITA de 1968 à 1993.

Monsieur Corbeil a donné ses lettres de noblesse au secteur du machinisme agricole au Québec. Il a assisté à sa naissance, a contribué à son développement, à sa croissance et à son évolution. Il s’est démarqué par ses écrits, ses présentations, ses interventions et surtout par les milliers de gens qui, à un moment ou l’autre de leur vie, ont pu grâce à lui découvrir le secteur, en cultiver la passion ou encore apprendre quelque chose du machinisme agricole.

Jean Corbeil est un communicateur chevronné muni d’un bagage d’expérience des plus impressionnants, un vulgarisateur hors pair qui aime comprendre et expliquer. À le côtoyer, des jeunes de tous les coins du Québec ont acquis et développé leur savoir-faire et savoir-être. Ses élèves l’ont toujours estimé au plus haut point.

Jean Corbeil, un pionnier du machinisme agricole québécois et un homme engagé

Ayant obtenu un baccalauréat en sciences agricoles de la Faculté d’agriculture de l’Institut agronomique d’Oka en mai 1953, Jean Corbeil débute sa carrière à la Coopérative Fédérée de Québec, où il occupera plusieurs postes. Il sera d’abord commis aux écritures et aux inventaires, puis vendeur et promoteur de matériel d’irrigation, et conseiller auprès des producteurs agricoles et horticoles. Il assurera bientôt l’implantation et l’utilisation des équipements laitiers sur la ferme, en plus de s’occuper de la vente et de la mise en route d’équipements aratoires. Ses connaissances techniques et son sens de la communication faisaient des journées de démonstration en champs auxquelles il participaient des événements très courus.

Jean Corbeil fit son entrée au département de génie rural de l’ITA le 4 décembre 1968, où il enseigna pendant 25 ans tant aux élèves de zootechnologie, de gestion et d’exploitation d’entreprise agricole, d’horticulture légumière et fruitière qu’en génie rural, tout ce qu’ils devaient savoir sur le machinisme agricole.

Sa carrière à l’ITA l’a conduit aussi loin qu’à Madagascar où il a participé, à l’été 1975, à une mission de l’Agence canadienne de développement internationale (ACDI) à titre de consultant en machinisme agricole auprès du ministère de l’Agriculture malgache.

En 1972, suite à la recommandation de la Commission Royale Barber de former un Comité consultatif dans chaque province canadienne afin d’assurer la formation adéquate de mécaniciens agricoles, monsieur Corbeil se voyait confier la tâche de développer un cours de mécanicien de machinerie agricole d’une durée de 12 semaines à l’intention des jeunes intéressés au domaine.

De 1973 à 1987, il contribua à titre de coordonnateur à la formation de plus de 200 mécaniciens avec le concours des professeurs du département et des gérants de service de différentes compagnies. De 1972 à 1983, il fut membre et président du Comité consultatif en machinisme agricole du MAPAQ.

De 1972 à 1993, il est membre de la Commission de génie rural du Conseil des productions végétales du Québec. Ses services sont également retenus à l’époque comme expert conseil pour l’étude d’impact reliée au passage du pipeline vers Mirabel.

La carrière professionnelle de monsieur Corbeil est marquée d’un rayonnement permanent sur le secteur du machinisme agricole au Québec. L’Institut a largement bénéficié de ces retombées. En tant que professeur et membre de l’équipe de l’ITA, nous le retrouvons tantôt comme membre du Comité de sélection des professeurs des deux instituts de technologie agroalimentaire (1970 à 1980), tantôt comme Secrétaire de l’Association des laboureurs du Québec (1995 à 1998).

Reconnu dans le milieu comme conférencier émérite et excellent communicateur, il sait pertinemment bien vulgariser le fonctionnement de la machinerie. On lui doit d’ailleurs de nombreux articles dans des publications spécialisées comme le Producteur de lait québécois ou encore Le Bulletin des agriculteurs.

Il s’est même fait historien à l’occasion du congrès de l’Ordre des agronomes du Québec, dont il a été membre actif de 1953 à 1996, congrès qui se tenait en 2000 à Saint-Hyacinthe. Dans une publication intitulée « Des actions agronomiques 1850-2000, section Saint-Hyacinthe », il a signé un chapitre intitulé « Agronomie et génie rural ».

Toujours reconnu pour son intégrité et son excellent jugement, ses services étaient régulièrement requis dans différents concours : nouvelles machineries, labours, etc.

Il s’est également engagé auprès de sa communauté en devenant commissaire à la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (1978 à 1994) et membre du Conseil d’administration de Centraide Richelieu-Yamaska (1972 – 1995).

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Coopérative Fédérée de Québec

http://www.coopfed.qc.ca/

Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe

http://ita.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires