Production ovine : un pas de plus vers l’implantation d’un système de traçabilité

Longueuil (Québec), 1er mars 2004 – « Le monde agricole, plus particulièrement les producteurs d’agneaux et moutons du Québec, est confiant que le dossier de la traçabilité dans le secteur ovin connaîtra très bientôt un dénouement satisfaisant pour l’ensemble des acteurs touchés ».

C’est en ces termes qu’ont réagi M. Laurent Pellerin, président del’Union des producteurs agricoles (UPA), et M. Langis Croft, président de laFédération des producteurs d’agneaux moutons du Québec, en apprenant que leConseil des ministres allait être saisi par madame Françoise Gauthier,ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, de la nécessitéd’offrir gratuitement les boucles d’identification permanente des animaux aucours de l’année d’implantation de la traçabilité dans la filière ovine.

Ainsi, les producteurs pourront commander un nombre maximal de boucles enfonction de leur cheptel actuel, qu’ils devront cependant activer avant la finde l’année 2004 pour bénéficier du programme de gratuité. Les sommes requisesà sa réalisation proviennent de l’enveloppe de 21,5 M$ destinée àl’implantation de la traçabilité dans les espèces bovine, ovine et porcined’ici 2005.

Pour M. Croft, « cette ouverture de la part de Québec établit desconditions gagnantes à la réussite de l’opération. En effet, les producteursd’agneaux et moutons sont unanimes quant à l’idée d’implanter un système detraçabilité dans la filière. Mais ils ont besoin d’un soutien financier pouraller de l’avant en raison de la crise de liquidités qu’ils traversent à lasuite de l’embargo américain imposé sur tous les ruminants ».

Pour le président de l’UPA, cette aide vient à point nommé et répond àune préoccupation des producteurs agricoles quant à la qualité des alimentsqu’ils produisent. « Les assouplissements demandés au programme de même que lesdélais accordés pour activer les boucles sont accueillis favorablement etcontribueront sans conteste à appuyer les efforts des agriculteurs et lesoutien des gouvernements dans le contrôle des maladies pouvant toucher lecheptel ovin, notamment la tremblante du mouton ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs d’agneaux et moutons du Québec
http://www.agneauduquebec.com/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires