Production porcine : l’UMQ inquiète d’un retour à la case départ

Montréal (Québec), 11 octobre 2005 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) exprime sa vive préoccupation à l’égard du Projet de règlement modifiant le Règlement sur les exploitations agricoles, publié dans la Gazette officielle. Si le projet devait être adopté dans sa forme actuelle, ilouvrirait la porte à la production porcine dans des municipalités qui doiventdéjà composer avec une situation environnementale précaire.

L’UMQ s’inquiète que le projet de règlement propose de lever dansl’immédiat le moratoire sur l’agrandissement ou l’implantation de porcheriesdans les municipalités dont la qualité de l’environnement est déjàsérieusement touchée par les porcheries déjà en activité. « Le moratoire sur laproduction porcine sera entièrement levé le 15 décembre prochain. Nous revoilàdonc à la case départ. Nous sommes par ailleurs désolés de constater que legouvernement n’a pas jugé utile de consulter ni même d’informer le mondemunicipal de cette réforme. Nous comprenons mal pourquoi nous n’avons pas ététraités en partenaire dans ce dossier », a précisé M. Michel Tremblay, maire deRimouski et président de l’UMQ.

En décembre 2004, le gouvernement justifiait le caractère temporaire desprotections accordées à ces municipalités fragiles par une révision enprofondeur, dans l’intervalle, du Règlement sur les exploitations agricoles,sur la base d’une analyse scientifique. L’UMQ s’étonne donc aujourd’hui de lalevée pure et simple du moratoire. D’autant plus que le Bureau d’audiencespubliques sur l’Environnement (BAPE) soulignait l’importance de maintenir uneapproche au cas par cas, en plus d’une approche par bassin versant, pourcontrôler la pollution générée par cette production dans le respect de lacapacité de support du milieu.

Le milieu municipal se retrouvera pieds et poings liés puisque lanouvelle procédure de consultation publique, octroyée récemment auxmunicipalités, ne les autorise pas à refuser d’émettre un permis pour unprojet d’élevage porcin. Qui plus est, cette consultation publique aura lieuaprès la délivrance du certificat d’autorisation du ministre du Développementdurable, de l’Environnement et des Parcs. En tenant la consultation publiqueaprès l’émission d’un certificat d’autorisation, le processus seranécessairement perçu par les citoyens comme un exercice bidon. Toute laquestion de la cohabitation harmonieuse et de l’acceptabilité sociale de laproduction porcine va inévitablement refaire surface.

Il ne faut par ailleurs pas négliger les conséquences environnementalesqu’auront les assouplissements proposés. Que fera-t-on, par exemple, desquantités de fumier que généreront les nouvelles exploitations ? Quels serontles impacts sur la nappe phréatique et les eaux de surface ? En tant quegestionnaires de l’eau, les municipalités doivent être informées des basesscientifiques qui justifient ces changements majeurs. L’UMQ craint que legouvernement ne soit déjà en train de contrevenir au principe de précautionqu’il propose dans sa propre Loi sur le développement durable.

L’UMQ a fait part de ses vives préoccupations à l’égard des modificationsproposées, et a réclamé l’intervention urgente de la ministre des Affairesmunicipales et des Régions, Mme Nathalie Normandeau, pour que ce projet derèglement soit fondamentalement repensé.

Les commentaires de l’UMQ sur le Projet de règlement modifiant leRèglement sur les exploitations agricoles de l’UMQ est disponible sur le siteInternet de l’Union à l’adresse www.umq.qc.ca , dans la section « Nospositions ».

L’UMQ, dont la structure est centrée sur les besoins du milieu municipalquébécois, s’affirme par ses réalisations comme le partenaire le pluscrédible, le plus pertinent et le plus sollicité pour concerter les efforts etrépondre aux attentes des municipalités du Québec de toutes tailles et detoutes les régions. Depuis sa fondation en 1919, l’UMQ prend part à tous lesdébats et joue un rôle de premier plan dans la défense des municipalités et deleurs citoyens. Par son action, elle favorise la reconnaissance réelle del’autonomie politique et financière des municipalités québécoises.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des municipalités du Québec (UMQ)
http://www.umq.qc.ca/

Commentaires