Production porcine : une campagne publicitaire grand public

Longueuil (Québec), 16 mai 2003 – Le petit Larousse 2003 nous dit cecià propos du verbe innover : introduire quelque chose de nouveau dans undomaine particulier. « Voilà très exactement ce que les producteurs etproductrices de porcs du Québec s’emploient à faire jour après jour », de direM. Clément Pouliot, président de la Fédération des producteurs de porcs duQuébec. C’est donc dans le but de souligner cette évolution qu’une campagne de sensibilisation grand public, destinée aux citadins des grandes régions de Québec et Montréal, se déploie actuellement dans la revue L’actualité, sur quelques 137 abribus ainsi que sur Internet, par le truchement d’un microsite.

« Nous voulons faire savoir que les producteurs de porcs, à l’instard’autres secteurs d’activité, ont toujours su être innovateurs sur plusieursplans, notamment en ce qui a trait à la qualité de leur produit en vued’offrir aux consommateurs une viande de qualité supérieure. L’innovation dansce domaine fait d’ailleurs ses preuves jour après jour », de préciser ClémentPouliot.

L’innovation passe, dans bien des cas, par la recherche. Les producteurset productrices de porcs du Québec, par l’intermédiaire de leur Fédération,ont encore là fait preuve d’avant-garde en devenant membre fondateur d’uneChaire de recherche en salubrité des viandes. Pensons également au mécanismede mise en marché unique en Amérique du Nord, l’enchère électronique, qui faitl’envie des européens par ses nombreuses qualités dont celle d’offrir un prixuniversel aux producteurs, sans égard à la taille de la ferme. Il s’agit làd’une autre innovation des producteurs de porcs québécois qui ont su seconcerter pour développer un outil peu banal.

« Sur la base de leurs acquis, ils ont de toute évidence la capacité decontinuer dans la même direction. Aussi, la protection de l’environnement etla réconciliation sociale demandent maintenant d’innover. C’est un défi quenous avons résolument commencé à relever et qui nous occupera pour lesprochaines années. D’ailleurs, en 1997, nous avons été les premiers dans lemonde agricole québécois à nous munir volontairement d’un planagroenvironnemental. Nous nous sommes aussi engagés, dans notre mémoireprésenté à la commission du BAPE sur le développement durable de la productionporcine, à mettre en chantier 4 axes d’intervention majeurs touchant lesvolets environnemental, social et économique », d’ajouter M. Pouliot.

La production porcine québécoise a atteint un haut degré de modernité,mais elle reste encore méconnue. C’est pourquoi les 4 415 producteurs de porcsdu Québec lèvent maintenant le voile sur leur profession pour partager leursvaleurs, leurs défis et leurs préoccupations. Ils ont ainsi décidé, en 2001,de mettre en oeuvre un vaste Plan de valorisation de leur profession qui lesincite également à implanter de bonnes pratiques de cohabitation. Ce plans’adresse tant aux producteurs qu’au grand public.

Diverses campagnes ont déjà été mises sur les rails….
La campagne « Epandage sympathique », qui vise à sensibiliser lesproducteurs au respect des bonnes pratiques d’épandage et à les inciter àdévelopper des relations de bon voisinage.

La campagne « J’adhère, je l’affiche », qui a comme objectif de stimuler laparticipation des producteurs à leur plan régional d’interventionsagroenvironnementales et de les inciter à afficher cette participation.

L’opération « Le saviez-vous ? », qui consiste en des rencontres d’acteursclés, sur les plans provincial et régional, pour leur donner l’heure juste surla production porcine québécoise et sur la profession de producteur de porcs.

La campagne « Producteurs et fiers de l’être », qui a présenté, dans lesprincipaux hebdos régionaux, des témoignages de producteurs de porcs, des gensde passion, sur leur profession.

Le plan de valorisation prévoit plusieurs autres activités novatrices quipermettront aux producteurs de continuer à démontrer qu’ils vont toujours del’avant.

« En terminant, il est important de souligner que la modernisation, quipasse par l’innovation, se réalise en préservant le caractère familial de nosfermes. Se moderniser tout en restant à échelle humaine, voilà une autreinnovation ! » a conclu le président de la Fédération.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Le Porc du Québec
http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Commentaires