Quand faire votre première coupe de foin afin d’optimiser la digestibilité et le rendement ?

*Et oui même de nos jours, il y encore des producteurs qui s’en remettent à une date du calendrier et qui… est la même à chaque année afin de déterminer quand faire leur première coupe de foin. Pourtant, chaque saison est différente, on le voit très bien cette année et les besoins des producteurs en termes de qualité et de rendement ont bien changé avec le temps. Mais messieurs les producteurs soyez rassurés car il existe différents outils pour vous aider à trouver la période optimale de fauche.

Le premier outil est le cumul des degrés-jours sur base 5 ºC en faisant appel aux données d’Agrométéo Québec visitez le : (http://www.agrometeo.org/indices/springCutMeteograms).

Plusieurs essais ont démontré la relation entre les degrés-jours 5oC (cumul à partir du 1er avril) et la maturité des fourrages. La période optimale de fauche se situe généralement à plus ou moins 300 degrés-jours pour certains cultivars de fléole mais peut être aussi tôt que 250 degrés-jours pour le dactyle, se situant à mi-chemin pour l’alpiste roseau. Donc selon les conditions climatiques de l’année, la pluviométrie, l’espèce et le cultivar, la situation géographique, la régie de culture, l’égouttement des champs, il peut être nécessaire de commencer à visiter les champs à partir de 225-250 degrés-jours. Pour la luzerne, il faudrait débuter la coupe lorsqu’on atteint 400 degrés-jours.

La plupart des graminées fourragères atteignent leur stade de récolte optimal avant les légumineuses et leur valeur alimentaire baisse plus rapidement avec l’avancement en maturité que ces dernières. Ainsi, il est recommandé de commencer la première coupe de foin avec les prairies à pourcentage élevé de graminées. Il faut évidemment continuer de surveiller le stade de croissance optimal des plantes. Pour les graminées, celui-ci se situe de la fin montaison à début épiaison, et pour les légumineuses, de fin boutons jusqu’au début floraison.

Crédit photos: Ayitre Akpakouma, MAPAQ

Un autre outil qui peut grandement aider les producteurs à déterminer la période optimale de fauche de la luzerne est la méthode PEAQ (predictive equations for alfalfa quality) qui a été élaborée à l’Université du Wisconsin. Elle consiste à évaluer la teneur en NDF de la luzerne dans un peuplement sur pied à partir de la tige la plus longue et de la tige à l’état de maturité le plus avancé.

Source: Christian Duchesneau

On se réfère ensuite au tableau qui nous indique la fibre NDF idéale.

Source: Hoard’s Dairyman

 

À noter que cet outil donne un estimé de contenu en fibre NDF d’un champ de luzerne. Il ne tient pas compte du changement de qualité occasionné par la perte de qualité produite par le fanage, la récolte et la fermentation.

Une règle d’or pour récolter la luzerne à un stade approprié serait de viser un niveau de fibre NDF oscillant aux alentours de 36 % à 42 %.

Cette méthode est relativement fiable pour prédire directement au champ la teneur en fibre NDF d’une luzernière et aider l’éleveur dans la planification de la coupe de ses fourrages. Cependant, une analyse complète avec une évaluation de la digestibilité du fourrage permet d’évaluer plus précisément le potentiel de productivité du fourrage.

Alors producteurs… à vos faucheuses!

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires