Recettes monétaires agricoles de janvier à septembre 2002

Ottawa (Ontario), 26 novembre 2002 – Bon nombre d’agriculteurs ont éprouvé des difficultés de janvier à septembre 2002, les recettes monétaires provenant des cultures et du bétail ayant diminué. Les recettes monétaires agricoles provenant des produits agricoles et des paiements de programme ont totalisé 25,2 milliards de dollars, en baisse de 1,5 milliard de dollars (-5,7 %) par rapport à la même période en 2001. Il s’agit du premier repli observé depuis 1998.

Toutefois, ce total n’explique que la moitié de la situation. Les recettes monétaires constituent une mesure globale du revenu brut des exploitations agricoles. Elles ne tiennent pas compte des dépenses engagées par les agriculteurs. En outre, les recettes monétaires peuvent varier considérablement d’une exploitation agricole à l’autre en raison de plusieurs facteurs, dont les élevages et les cultures choisis, les prix et les conditions climatiques.

Les recettes des cultures ont diminué de 1,5 % par rapport à la même période de 2001. La diminution des livraisons de la plupart des principales céréales et des principaux oléagineux a plus qu’effacé la hausse des prix de chacun. Les recettes des cultures, qui se sont établies à 9,9 milliards de dollars, sont demeurées de 2,9 % inférieures à la moyenne quinquennale précédente (de 1997 à 2001).

De janvier à septembre, les recettes du bétail ont fléchi pour la première fois depuis 1998, les prix des principaux produits s’étant effondrés après avoir atteint un sommet en 2001. Les recettes du bétail se sont chiffrées à 13,3 milliards de dollars, en baisse de 5,8 % par rapport à la même période en 2001, mais en hausse de 12,3 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente.

Les paiements de programme ont diminué pour la première fois depuis 1997, en baisse de 20,6 % pour s’établir à 2,1 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2002. La majeure partie de cette baisse est attribuable à la fin des paiements uniques d’aide d’urgence mis en oeuvre en 2001, ainsi qu’à la diminution des paiements versés dans le cadre des programmes d’aide en cas de catastrophe liée au revenu et des programmes provinciaux de stabilisation.

Les données sur les recettes monétaires agricoles publiées aujourd’hui tiennent compte des effets des mauvaises conditions climatiques qui ont sévi dans plusieurs régions du Canada en 2001. Les conséquences financières pouvant résulter des conditions extrêmes qui ont touché les fermes durant la saison de croissance de 2002 commencent à peine à se faire sentir dans les recettes monétaires publiées ici. Les effets de la production et des mises en marché des cultures de cette année seront davantage visibles au quatrième trimestre de 2002 et dans la première moitié de 2003. Les estimations définitives de la production des grandes cultures de 2002 seront diffusées le 5 décembre.

Les plus fortes baisses en pourcentage des recettes monétaires ont été observées en Saskatchewan (-12,2 %), en Alberta (-5,2 %) et au Manitoba (-4,6 %). Les recettes monétaires ont augmenté au Nouveau-Brunswick (+5,8 %), notamment en raison de l’augmentation du prix des pommes de terre, ainsi qu’à Terre-Neuve-et-Labrador (+1,7 %).

Les recettes des cultures accusent un recul en raison de la réduction des livraisons

Les stocks agricoles des principales céréales et des principaux oléagineux ont fléchi pour atteindre de faibles niveaux à la fin de 2001, principalement en raison de la sécheresse de l’été 2001. Cette diminution des stocks s’est traduite par une réduction des livraisons durant la première partie de 2002. La tendance s’est poursuivie lors de la nouvelle campagne agricole, au cours de laquelle la sécheresse a frappé de vastes régions de la Saskatchewan et de l’Alberta pour un deuxième été consécutif. À la fin de septembre, les stocks à la ferme ont atteint leurs plus bas niveaux jamais enregistrés et ils étaient de 35,0 % inférieurs à la moyenne quinquennale pour la même période.

Les recettes du blé (sauf le blé dur) ont accusé le recul le plus marqué des recettes des cultures, en baisse de 17,5 % pour se fixer à 1,6 milliard de dollars. La hausse de prix de 14,9 % a été annulée par le calendrier des paiements finals de la Commission canadienne du blé (CCB) et par la réduction des livraisons. La rentrée rapide de la récolte de 2001 a poussé les agriculteurs à vendre la majeure partie de leurs cultures à l’automne. Par conséquent, le faible niveau des stocks a entraîné une baisse des livraisons durant la première partie de 2002, et la petite récolte de 2002 n’a pas inversé la tendance.

La deuxième diminution des recettes en importance a touché les producteurs de canola. Les recettes ont atteint 1,1 milliard de dollars au cours des neuf premiers mois de 2002, en baisse de 16,2 % par rapport à la même période en 2001. Bien que les prix aient augmenté de plus de 25 %, les mises en marché ont reculé de 34,6 %.

Les recettes de l’orge ont chuté de 27,1 % pour se chiffrer à 396 millions de dollars, tandis que celles du blé dur ont reculé de 14,4 % pour s’établir à 489 millions de dollars. Comme dans le cas du blé (sauf le blé dur), le calendrier des paiements finals de la CCB, conjugué à la faiblesse des mises en marché découlant de la baisse de la production et des stocks, ont contribué à ces reculs.

Même si les prix du soya ont progressé de 7,9 %, le recul des livraisons de 30,9 % a entraîné un repli des recettes, qui se sont fixées à 281 millions de dollars. Il s’agit d’une baisse de 25,5 % par rapport aux neuf premiers mois de 2001. La diminution des livraisons s’explique en grande partie par une forte diminution de la production résultant de la sécheresse de 2001.

La diminution des recettes pour la plupart des principales céréales et des principaux oléagineux a été en partie atténuée par un niveau supérieur de réalisation des recettes différées. Une augmentation des recettes totales des producteurs de céréales et d’oléagineux a incité ces derniers à différer une plus grande part de leurs recettes des cultures en 2001. Par conséquent, les réalisations ont crû de 36,3 % pour atteindre 785 millions de dollars au cours des trois premiers trimestres de 2002, ce qui représente la valeur la plus élevée en trois ans pour cette période.

L’accroissement des prix a provoqué une hausse de 34,1 % des recettes des pommes de terre. Après avoir connu un léger repli en 2001, les recettes des pommes de terre ont atteint un sommet de 659 millions de dollars. L’augmentation des prix peut être attribuable à l’important repli de la production de pommes de terre en 2001, qui a exercé une forte pression à la hausse sur les prix des producteurs. Une bonne part de la hausse des prix de 41,8 % provenait principalement des pommes de terre de consommation, qui ont facilement effacé la diminution des livraisons.

Le maïs a été la seule principale culture céréalière ou oléagineuse à connaître une augmentation de ses mises en marché au cours des trois premiers trimestres de 2002. Une augmentation de la production en 2001 par rapport à celle de 2000 a entraîné une hausse de 22,6 % des livraisons de janvier à septembre 2002. Une hausse de prix de 12,7 % a aussi contribué à la progression de 38,5 % des recettes monétaires du maïs.

Les recettes du bétail accusent un recul en raison de la chute des prix

Les recettes des bovins et des veaux sont tombées à 5,4 milliards de dollars de janvier à septembre, après six années consécutives de progression. Il s’agit d’un recul de 6,6 % par rapport à la même période en 2001, les prix ayant baissé de 7,6 % et les mises en marché n’ayant progressé que de 1,0 %.

La diminution des recettes des bovins et des veaux est principalement attribuable à une baisse de 7,6 % des recettes des bovins d’abattage, leurs prix ayant diminué de 8,0 %. Le temps sec dans certaines régions des Prairies a incité les agriculteurs à accroître le nombre de bovins livrés chez nos voisins du sud pour l’alimentation, l’engraissement et l’abattage, les exportations internationales ayant poursuivi leur croissance (+16,6 %), tandis que les exportations interprovinciales se repliaient de 0,9 %. Un taux de change favorable et une croissance générale de la demande américaine de boeuf ont aussi contribué à la vente de bovins à l’étranger.

Au cours des neuf premiers mois de 2002, les recettes porcines sont tombées de 13,7 % pour s’établir à 2,6 milliards de dollars, en raison de l’affaissement des prix, lesquels se situaient à des niveaux inférieurs à la moyenne quinquennale précédente. La quasi-totalité du recul était attribuable à une diminution de 21,1 % des prix des porcs d’abattage, qui a plus qu’annulé la hausse de 6,9 % des mises en marché. L’assouplissement des prix était attribuable à l’abondance des approvisionnements de porcs sur le marché nord-américain, jumelée à la crainte des effets de la sécheresse de 2002 sur le coût de production, puisque les prix des céréales fourragères poursuivaient leur progression.

Les recettes des secteurs assujettis à la gestion de l’offre ont été stables de janvier à septembre. Une diminution des recettes de la volaille et des produits laitiers a été neutralisée par une augmentation des recettes des oeufs. Les recettes de la volaille sont tombées à 1,3 milliard de dollars, le prix du poulet ayant diminué de 3,8 %. Les recettes du lait et de la crème ont atteint 3,1 milliards de dollars. Il s’agit d’une légère baisse attribuable à la diminution du volume. Les recettes des oeufs ont monté de 3,7 % pour atteindre 437 millions de dollars, en raison d’une augmentation du prix et de la quantité d’oeufs de consommation.

Les paiements de programme affichent une baisse de janvier à septembre

Les agriculteurs ont touché 2,1 milliards de dollars en paiements de programme au cours des neuf premiers mois de 2002, soit 20,6 % de moins qu’à la même période en 2001. Malgré ce recul considérable, les paiements de programme étaient toujours de 41,5 % supérieurs à la moyenne quinquennale précédente. Les effets des montants accordés dans le cadre des programmes d’aide agricole fédéraux et provinciaux annoncés récemment commencent à peine à se faire sentir dans les paiements de programme.

Les paiements de programme ont avoisiné des niveaux records en 2001, principalement en raison de l’appui fédéral et provincial supplémentaire offert dans le cadre des programmes uniques d’aide d’urgence conçu pour faire face aux difficultés éprouvées dans le secteur agricole. La majorité de ces programmes devaient se terminer à la fin de 2001. Sans cette aide supplémentaire, les paiements de programme ont diminué en 2002.

Les paiements d’assurance-récolte ont atteint un sommet de 803 millions de dollars au cours des neuf premiers mois de 2002, en hausse de 88,5 % par rapport à la même période en 2001. Il s’agit de plus du triple de la moyenne quinquennale précédente. Cette hausse s’explique par de mauvaises conditions de croissance et par une augmentation des superficies cultivées assurées.

Les paiements relatifs aux programmes d’aide en cas de catastrophe liée au revenu ont fléchi pour se chiffrer à 241 millions de dollars au cours des trois premiers trimestres de 2002. Il s’agit d’une baisse de près de la moitié par rapport à la même période en 2001. Cette diminution s’explique en grande partie par les paiements plus considérables qui ont été versés dans le cadre du Programme d’aide en cas de catastrophe liée au revenu agricole (ACRA) au premier trimestre de 2001.























































































































Recettes monétaires agricoles provinciales
  Janvier à septembre 2001r Janvier à septembre 2002p Janvier-septembre 2001 à janvier-septembre 2002 Juillet à septembre 2001r Juillet à septembre 2002p Juillet-septembre 2001 à juillet-septembre 2002
en millions de dollars var. en % en millions de dollars var. en %
Canada 26 757 25 245 -5,7 8 789 8 467 -3,7
Terre-Neuve-et-Labrador 59 60 1,7 21 21
Île-du-Prince-Édouard 255 255 71 64 -9,9
Nouvelle-Écosse 299 288 -3,7 105 100 -4,8
Nouveau-Brunswick 293 310 5,8 96 93 -3,1
Québec 4 263 4 080 -4,3 1 428 1 346 -5,7
Ontario 6 171 5 905 -4,3 2 015 2 012 -0,1
Manitoba 2 713 2 589 -4,6 839 891 6,2
Saskatchewan 4 809 4 220 -12,2 1 508 1 374 -8,9
Alberta 6 263 5 935 -5,2 2 205 2 073 -6,0
Colombie-Britannique 1 631 1 603 -1,7 501 493 -1,6











rDonnées révisées.
pDonnées provisoires.
Néant ou zéro.
Nota:Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.







































































































































































































































































Recettes monétaires agricoles
  Janvier à septembre 2001r Janvier à septembre 2002p Janvier-septembre 2001 à janvier-septembre 2002 Juillet à septembre 2001r Juillet à septembre 2002p Juillet-septembre 2001 à juillet-septembre 2002
en million de dollars var. en % en million de dollars var. en %
Canada 26 757 25 245 -5,7 8 789 8 467 -3,7
Tout le blé1 2 521 2 098 -16,8 981 848 -13,6
  Blé, sauf le blé dur1
1 950 1 609 -17,5 780 654 -16,2
  Blé dur1
571 489 -14,4 201 194 -3,5
Orge1 543 396 -27,1 166 143 -13,9
Recettes différées -375 -284 -24,3 -212 -155 -26,9
Réalisation des recettes différées 576 785 36,3 16 14 -12,5
Canola 1 337 1 121 -16,2 416 488 17,3
Soya 377 281 -25,5 81 80 -1,2
Maïs 351 486 38,5 114 153 34,2
Autres céréales et oléagineux 286 316 10,5 144 135 -6,3
Cultures spéciales 417 411 -1,4 156 158 1,3
Autres cultures 3 995 4 265 6,8 1 358 1 418 4,4
Total des cultures 10 028 9 876 -1,5 3 220 3 282 1,9
Bovins et veaux 5 803 5 418 -6,6 1 955 1 717 -12,2
Porcs 2 978 2 571 -13,7 1 055 815 -22,7
Produits laitiers 3 086 3 067 -0,6 1 029 998 -3,0
Volaille et oeufs 1 764 1 757 -0,4 613 590 -3,8
Autre bétail 489 485 -0,8 153 141 -7,8
Total du bétail 14 120 13 298 -5,8 4 805 4 261 -11,3
Compte de stabilisation du revenu net 324 361 11,4 127 132 3,9
Paiements d’assurance-récolte 426 803 88,5 180 404 124,4
Programmes d’aide en cas de désastre lié au revenu 472 241 -48,9 85 67 -21,2
Programme provincial de stabilisation 479 334 -30,3 89 108 21,3
Subventions aux produits laitiers 34 9 -73,5 9 0
Autres programmes 875 324 -63,0 273 214 -21,6
Total des paiements 2 609 2 072 -20,6 764 924 20,9














rDonnées révisées.
pDonnées provisoires.
1Inclut les paiements de la Commission canadienne du blé.
Néant ou zéro.
Nota:Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Note aux lecteurs

Statistique Canada ne fait pas de prévisions pour les recettes monétaires agricoles, les dépenses d’exploitation ou le revenu net. Les données qui s’y rapportent sont fondées sur les données d’enquêtes et les données administratives provenant de plusieurs sources.

Les recettes monétaires agricoles mesurent le revenu brut des exploitations agricoles en dollars courants. Elles comprennent les ventes de productions végétales et animales (sauf les ventes entre les exploitations agricoles d’une même province) et les paiements de programme. Les recettes sont comptabilisées lorsque l’argent est versé aux agriculteurs, avant déduction des dépenses.

Les recettes différées représentent les ventes de céréales et d’oléagineux livrés par les producteurs de l’Ouest pour lesquelles les paiements ont été reportés à l’année suivante. Parce que ces recettes sont fondées sur les livraisons physiques, les recettes différées sont déduites des recettes monétaires agricoles de l’année civile en cours et sont incluses lorsqu’elles sont réalisées.

Les paiements de programme sont les paiements liés à la production agricole courante et versés directement aux agriculteurs. Ils comprennent, par exemple, les paiements en vertu du Compte de stabilisation du revenu net, de la Loi sur l’assurance-récolte, des programmes provinciaux de stabilisation et de la Loi sur la Commission canadienne du lait. La série des paiements en vertu des programmes ne vise pas tous les paiements versés aux agriculteurs et ne représente pas la somme des dépenses publiques en vertu de tous les programmes d’aide.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada

http://www.statcan.ca/

Commentaires