Revenu agricole net en 2002

Ottawa (Ontario), 25 novembre 2003 – Le revenu net comptant, qui est la différence entre les recettes monétaires et les dépenses d’exploitation d’un agriculteur, a chuté de 11,0 % en 2002 pour se fixer à 7,2 milliards de dollars, après avoir atteint un sommet en 2001.

Les recettes monétaires ont diminué pour la première fois depuis 1998, à la suite de deux années consécutives de sécheresse, alors que la montée du coût des grains fourragers a entraîné à la hausse les dépenses d’exploitation. Toutefois, le revenu net comptant était supérieur de 12,4 % à la moyenne quinquennale précédente de 1997 à 2001.

Les agriculteurs de l’Ouest ont connu en 2002 une de leurs pires campagnes agricoles des 25 dernières années. Pour un certain nombre de producteurs de l’Alberta et de la Saskatchewan, la situation s’est révélée pire que lors de la grande crise des années 1930.

Les recettes monétaires agricoles totales tirées de la vente de produits agricoles et des paiements de programme ont diminué de 0,8 % en 2002 pour se situer à 36,0 milliards de dollars. Les dépenses d’exploitation ont augmenté de 2,1 % pour atteindre 28,8 milliards de dollars. Il s’agit de leur plus faible progression depuis 1998. (Les données représentent la révision des données provisoires publiées dans Le Quotidien du 27 mai.)

Les agriculteurs ont puisé largement dans leurs stocks de cultures pour soutenir leurs ventes en 2001 et en 2002, puisque des conditions climatiques défavorables ont fortement nui à la production de céréales et d’oléagineux. Par conséquent, les stocks de fin d’année étaient à leur plus bas niveau depuis 1988.

Le revenu net comptant peut varier considérablement d’une exploitation agricole à l’autre en raison de plusieurs facteurs, dont les élevages et les cultures choisis, les prix et les conditions climatiques. Vous pouvez consulter le communiqué publié aujourd’hui intitulé «Recettes monétaires agricoles» pour obtenir plus de renseignements sur les répercussions qu’ont eues les conditions climatiques extrêmes de l’année dernière et le diagnostic de la maladie de la vache folle chez une vache du Nord de l’Alberta sur les recettes des agriculteurs pendant les trois premiers trimestres de 2003.

Recettes monétaires : les prix du bétail s’affaiblissent et les paiements de programme s’effondrent
Dans l’ensemble, les recettes monétaires agricoles ont totalisé 36,0 milliards de dollars en 2002, ce qui représente quand même 13,2 % de plus que la moyenne quinquennale précédente.

Les recettes du bétail ont chuté de 3,9 % pour se fixer à 18,2 milliards de dollars. Il s’agit de leur premier fléchissement depuis 1998, les prix des principaux produits s’étant affaissés après avoir culminé en 2001. Ce niveau était tout de même de 13,6 % supérieur à la moyenne quinquennale précédente, malgré le repli en 2002.

L’abondance des approvisionnements de viande rouge sur le marché nord-américain et l’augmentation du prix des céréales fourragères ont exercé des pressions à la baisse sur les prix des porcs et des bovins, après plusieurs années d’augmentation appréciable de ces productions.

En revanche, les recettes totales des cultures ont progressé de 5,8 % pour atteindre 14,4 milliards de dollars, l’augmentation des prix partout au pays ayant plus que neutralisé la diminution des livraisons des principales céréales et des principaux oléagineux. Les stocks à la ferme des principales céréales et des principaux oléagineux ont atteint des niveaux extrêmement bas à la fin de 2001, surtout à la suite de la sécheresse qui a sévi cette année-là. Il en est résulté une réduction des livraisons pendant la première partie de 2002.

Comme la sécheresse a frappé de nombreuses régions de la Saskatchewan et de l’Alberta pour une deuxième année consécutive en 2002, les livraisons des principales céréales et des principaux oléagineux ont poursuivi leur recul.

Les paiements de programme ont chuté pour la première fois depuis 1997, ayant diminué de 8,9 % pour s’établir à 3,4 milliards de dollars. Cette baisse a eu lieu en dépit de paiements records d’assurance-récolte qui ont été versés en raison des mauvaises conditions de croissance et de l’accroissement de la superficie assurée. Ces paiements se sont maintenus à des niveaux inégalés au premier trimestre.

Le total des paiements est demeuré de 54,7 % supérieur à la moyenne quinquennale précédente. La majeure partie de ce repli s’explique par l’expiration des paiements uniques d’aide d’urgence mis en oeuvre en 2001.

Les dépenses d’exploitation augmentent dans chaque province sauf en Alberta
Les dépenses d’exploitation des agriculteurs ont augmenté dans chaque province, sauf en Alberta qui a été frappée par la sécheresse, où les dépenses ont chuté de 3,2 %.

Le resserrement des approvisionnements de céréales a exercé une pression à la hausse sur les prix et a fait majorer de 20,0 % les coûts des aliments commerciaux, qui ont atteint 5,2 milliards de dollars. Les achats de bétail et de volaille ont diminué de 19,1 % pour s’établir à 1,5 milliard de dollars, en réaction à la hausse des dépenses en aliments pour animaux et à la baisse des approvisionnements de céréales.

Chez les producteurs de cultures, la sécheresse a réduit certaines dépenses, les plus fortes baisses étant survenues du côté du carburant pour machines, de l’engrais et de la chaux, et des pesticides.

Toutefois, la sécheresse a été un important facteur à l’origine de la majoration de 28,1 % des primes d’assurance-récolte et d’assurance-grêle. Les agriculteurs ont assuré une plus grande partie de leurs cultures et ont augmenté leur protection.

Le revenu net total est à son plus bas niveau en plus de 30 ans
Le revenu net total, qui corrige le revenu net comptant pour tenir compte de la variation des stocks de cultures et de bétail à la ferme, de l’amortissement et du revenu en nature, a chuté en 2002 pour s’établir à un niveau révisé de 1,3 milliard de dollars, soit son plus bas niveau en plus de 30 ans.

Le revenu net total peut varier amplement au gré des grands mouvements de la production céréalière. La campagne agricole de 2001, qui a été une des pires des 25 dernières années, a contraint les agriculteurs canadiens à vider leurs silos à grains comme ils ne l’avaient jamais fait depuis 1988.

Les producteurs de l’Alberta et de la Saskatchewan ont été les plus durement touchés, ayant enregistré un revenu net total négatif. En 2002, les producteurs canadiens ont connu la plus importante baisse de la valeur des stocks de cultures à la ferme, en baisse de 1,5 milliard de dollars.

Les éleveurs de bovins ont aussi ressenti les effets de la sécheresse. Ils ont réduit leurs cheptels de 4,3 % par suite de l’augmentation des prix des aliments pour animaux et de la diminution des approvisionnements. L’Alberta, qui est la principale province productrice de bovins, a été la plus touchée, son cheptel bovin ayant diminué de 7,9 %.

Revenu agricole net
 2001r2002r2001 à 2002
 En millions de dollarsVar. en %
+ Recettes monétaires totales36 32936 029-0,8
– Dépenses d’exploitation totales après remises28 24028 8262,1
= Revenu net comptant8 0897 203-11,0
+ Revenu en nature138134-2,9
– Frais d’amortissement4 4564 5923,1
= Revenu net réalisé3 7722 745-27,2
+ Valeur de la variation des stocks-1 038-1 472
= Revenu net total2 7341 273-53,4
r Données révisées.
N’ayant pas lieu de figurer.

Revenu agricole net
 CANADAT.-N.-L.Î.-P.-É.N.-É.N.-B.Qué.Ont.Man.Sask.Alb.C.-B.
 En millions de dollars
2001r           
+ Recettes monétaires totales36 329793374214125 7538 5353 6976 4968 3762 223
– Dépenses d’exploitation totales après remises28 240712923513404 4706 9662 7904 7486 4421 770
= Revenu net comptant8 08984570721 2831 5709071 7481 934453
+ Revenu en nature13801334642911167
– Frais d’amortissement4 45653850435721 0543989451 121230
= Revenu net réalisé3 772392231758557517814829230
+ Valeur de la variation des stocks-1 0380-66-1-489-106-67-634-26819
= Revenu net total2 7344-572127846451451181562249
2002r           
+ Recettes monétaires totales36 029803664054225 5478 4673 8266 3568 3282 232
– Dépenses d’exploitation totales après remises28 826743103643584 6017 2572 9284 8216 2381 876
= Revenu net comptant7 20365641649471 2118981 5352 090356
+ Revenu en nature13411334541811157
– Frais d’amortissement4 59253751445931 1363999391 129258
= Revenu net réalisé2 745220-722398115508607976105
+ Valeur de la variation des stocks-1 47206702422134-21-637-1 07615
= Revenu net total1 273188-746420249487-30-100119
r Données révisées.

Note aux lecteurs
Des révisions chronologiques ont été réalisées à partir de 1991. Elles sont maintenant disponibles et sont reflétées dans les données du présent communiqué. Les révisions sont principalement le résultat de l’analyse comparative des données du Recensement de l’agriculture de 2001. Parallèlement, des modifications ont été apportées aux concepts et à la méthodologie, la couverture a été accrue et de nouvelles sources de données ont été adoptées selon les besoins. Les estimations des recettes, du revenu en nature, des dépenses, de l’amortissement et de la valeur de la variation des stocks ont été révisées. Ces révisions ont entraîné la modification du revenu net comptant, du revenu net réalisé et du revenu net total.

Le revenu net comptant mesure les mouvements de l’encaisse d’une exploitation agricole (les recettes monétaires agricoles moins les dépenses d’exploitation) découlant de la production de produits agricoles. Il représente le montant disponible pour le remboursement des dettes, l’investissement ou les retraits par le propriétaire.

Le revenu net total mesure les flux financiers et la variation des stocks des exploitations agricoles (le revenu net comptant moins l’amortissement plus le revenu en nature et la valeur de la variation des stocks). Le revenu net total attribue une valeur à la production économique agricole au cours de l’année où les produits agricoles ont été produits. Il représente le rendement des capitaux propres, la main-d’oeuvre non rémunérée, la gestion et le risque.

Les recettes monétaires agricoles mesurent le revenu brut des exploitations agricoles en dollars courants. Elles comprennent les ventes de productions végétales et animales (sauf les ventes entre les exploitations agricoles d’une même province) et les paiements de programme. Les recettes sont comptabilisées lorsque l’argent est versé aux agriculteurs, avant déduction des dépenses.

Les dépenses d’exploitation agricole représentent les frais d’exploitation qu’engagent les exploitations agricoles pour les biens et les services qu’elles utilisent dans la production de produits agricoles. Les frais sont comptabilisés lorsque l’agriculteur débourse les fonds.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires