Sécheresse en France : l’usage de l’eau limité dans 46 départements

Paris (France), 7 août 2004 – La France est confrontée à « une sécheresse moins intense que l’année dernière » mais les préfets restent vigilants. Dans 46 départements, des arrêtés ont été pris pour réguler l’usage de l’eau, a-t-on appris samedi auprès du ministère de l’Ecologie.

Les régions les plus touchées sont Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes et surtout l’Ouest, précisait-on au ministère de l’Ecologie et du Développement durable.

L’agriculture représente la moitié de la consommation d’eau en France, l’industrie un quart et les particuliers un quart. « On commence par réduire la consommation des gros consommateurs, c’est-à-dire des agriculteurs », souligne Jean-Claude Vial, directeur adjoint de l’eau au ministère.

Trois niveaux de restriction sont définis: le premier prévoit des interdictions d’arrosage « assez ponctuelles » (jusqu’à un jour par semaine), le deuxième des limitations plus fortes (de deux à six jours par semaine) et le troisième une restriction permanente.

Huit départements étaient classés samedi au niveau trois: Vendée, Deux-Sèvres, Charente, Charente-Maritime, Lot, Aveyron, Tarn, Tarn-et-Garonne. Les conséquences pour les particuliers varient selon les départements. L’arrosage des pelouses, le lavage des voitures, le remplissage des piscines peuvent être limités ou interdits.

Dans le quart Sud-Est de la France, « la pluviométrie se rapproche de celle de 2003 », a relevé Jean-Claude Vial. « Avec une grosse différence: cette année, on a des réserves d’eau, notamment dans les barrages des Alpes ». La région PACA est donc l’objet de mesures moins restrictives qu’ailleurs.

« Les mesures de restriction les plus fortes sont prises dans l’Ouest », selon le directeur adjoint de l’eau. Cette zone est confrontée à des besoins importants pour l’irrigation agricole, notamment celle du maïs.

Jean-Claude Vial assure qu’il n’y a actuellement aucun problème d’alimentation des populations en eau potable. Après les difficultés rencontrées pendant la sécheresse de 1976, des travaux avaient été entrepris, qui permettent désormais une solidarité entre communes lors d’épisodes de ce type.

« Même en 2003, il y a eu très peu de problèmes d’eau potable », rappelle-t-il. Seuls avaient été touchés des villages isolés du Massif central et certaines localités corses.

Source : AP

Commentaires