Smithfield Foods termine un exercice record

Smithfield (États-Unis), 5 juin 2002 – Smithfield Foods, Inc. (SFD à la Bourse de New York) a communiqué ses résultats du quatrième trimestre clos le 28 avril 2002. Ainsi, la Société a déclaré un bénéfice de
24,9 millions $ ou de 0,22 $ par action après dilution, contre un bénéfice de
48,5 millions $ ou de 0,45 $ par action après dilution, exclusion faite des
éléments exceptionnels, pour la période équivalente de l’exercice antérieur.

Inclusion faite de gains extraordinaires après impôts de 5 millions $, la
Société avait inscrit un bénéfice net de 53,5 millions $ ou de 0,49 $ par
action après dilution au quatrième trimestre 2001.

À la fin de l’exercice 2002, Smithfield Foods a déclaré un bénéfice
record de 195,7 millions $ ou de 1,77 $ par action après dilution,
comparativement à un bénéfice de 174,9 millions $ ou de 1,59 $ par action
après dilution, avant éléments exceptionnels. Inclusion faite des
répercussions entraînées par la comptabilisation d’éléments exceptionnels
durant les deux périodes, le bénéfice net de l’exercice 2002 s’est établi à
196,9 millions $ ou à 1,78 $ par action après dilution, en comparaison de
223,5 millions $ ou de 2,03 $ par action après dilution en 2001. Les éléments
exceptionnels comptabilisés durant l’exercice 2001 englobaient les gains sur

la vente d’actions d’IBP, inc. et la cession d’une usine canadienne,
totalisant 48,6 millions $ ou 0,44 $ par action après dilution.

Au début de l’exercice actuel, la Société a adopté la norme comptable
numéro 142 sur la survaleur et autres immobilisations incorporelles (SFAS 142)
du Financial Accounting Standards Board. Conformément aux dispositions de la
norme SFAS 142, la Société a supprimé l’amortissement périodique de la
survaleur, mais doit maintenant réaliser l’examen annuel de la survaleur
comptabilisée en vue de repérer les baisses de valeur potentielles. Si la
Société avait appliqué la norme SFAS 142 à l’exercice antérieur, le bénéfice
net et le bénéfice par action après dilution auraient augmenté de
2,3 millions $ ou de 0,02 $ par action après dilution au quatrième trimestre,
ainsi que de 8,8 millions $ ou de 0,08 $ par action après dilution pour
l’exercice complet.

Smithfield Foods a déclaré un chiffre d’affaires totalisant 2 milliards $
pour le quatrième trimestre 2002, ce qui représente un accroissement de 30 %
par rapport au chiffre d’affaires de 1,5 milliard $ inscrit à la période
correspondante de l’exercice antérieur. En outre, la Société a déclaré un
chiffre d’affaires de 7,4 milliards $ pour l’exercice complet, ce qui
correspond à une augmentation de 25 % par rapport au chiffre d’affaires de
5,9 milliards $ inscrit pour l’exercice 2001. Ces hausses sont attribuables à
la cession d’entités nouvellement acquises et à une amélioration de la
combinaison optimale des produits au sein des catégories à valeur ajoutée de
la Société.

La Société attribue la baisse des résultats du quatrième trimestre 2002,
en comparaison des résultats du quatrième trimestre 2001, à la chute des prix
du porc vivant et au fléchissement de la demande de porc frais, en raison d’un
approvisionnement excédentaire en matières protéiniques au sein du marché
intérieur. Fait d’importance particulière, l’interdiction visant l’importation
du poulet des Etats-Unis en Russie est largement responsable de ce recul.

Au quatrième trimestre 2002, le groupe de transformation des viandes a
augmenté son bénéfice d’exploitation de 20 %, qui s’est élevé à
59,4 millions $ en comparaison de 49,5 millions $ au quatrième trimestre 2001,
exclusion faite d’un gain exceptionnel avant impôts de 5,1 millions $ sur la
vente d’une usine canadienne au quatrième trimestre 2001. Les marges réalisées
sur les activités de transformation des viandes ont grimpé en flèche,
contribuant fortement à neutraliser la diminution des marges réalisées sur les
activités liées au porc frais. L’augmentation des marges réalisées sur les
activités de transformation des viandes reflète les efforts qu’a déployés la
Société afin d’améliorer la combinaison optimale de ses produits, notamment
ses gammes de produits pré-cuits et cuits à point, ainsi qu’un resserrement de
la discipline d’établissement des prix. La diminution des marges réalisées sur
les activités liées au porc frais reflète la situation générale du marché du
porc frais.

Exclusion faite du chiffre d’affaires tiré de la vente de l’usine
canadienne de production de porc frais, conclue durant l’exercice précédent,
le volume de production du porc frais a presque équivalu à celui de l’exercice
antérieur, tandis que le volume de transformation des viandes a augmenté de
2 %. Comparativement au quatrième trimestre 2001, le prix de vente moyen par
unité a diminué de 4 % pour l’ensemble des produits du porc de Smithfield
Foods. Cette baisse est liée directement à la régression généralisée des prix
du porc frais.

La nouvelle division de transformation des viandes bovines de Smithfield
Foods, qui a également subi les répercussions d’un approvisionnement
excédentaire en matières protéiniques au sein du marché américain, a toutefois
réalisé un profit de 557,3 millions $ sur ses ventes. La création de cette
division fait suite à l’acquisition de Moyer Packing Company, en juin 2001, et
de Packerland Holdings en octobre 2001. Ces résultats s’intègrent au segment
de transformation des viandes.

Au quatrième trimestre 2002, le groupe d’élevage porcin a enregistré un
bénéfice de 17,2 millions $, comparativement à un bénéfice de 66,4 millions $
inscrit au quatrième trimestre 2001. Fait à souligner, les prix du porc vivant
ont chuté de 17 % par rapport à la période équivalente de l’exercice 2001.

Résultats d’exercice

A la fin de l’exercice 2002, le groupe de transformation des viandes a
déclaré un bénéfice d’exploitation de 198 millions $, comparativement à
130,2 millions $ durant l’exercice 2001, exclusion faite de la vente d’une
d’usine, conclue durant l’exercice antérieur, et qui avait favorisé une
augmentation du bénéfice d’exploitation de 52 %. Le groupe de transformation
des viandes a augmenté son chiffre d’affaires de base de 4 % et son volume des
ventes de 1 %. Il a également amélioré sa combinaison optimale de produits et
procédé à un établissement des prix plus favorable. Le volume de base du
groupe de transformation des viandes a augmenté de 1 %, tandis que son
bénéfice d’exploitation a presque doublé. Inclusion faite du chiffre
d’affaires tiré des entités acquises, le volume du groupe de transformation
des viandes s’est accru de 5 %.

Les marges réalisées sur les activités de la division du porc frais ont
nettement augmenté par rapport à l’exercice antérieur, puisque la Société a
intensifié ses activités de transformation de porc frais dans ses catégories
de marque à valeur ajoutée. Le volume des activités a toutefois diminué de
3 %, en raison de la cession d’une usine. Exclusion faite des répercussions de
cette vente, le volume des activités de la division du porc frais a augmenté
de 2 %. Le prix de vente moyen de l’ensemble des produits de charcuterie de
Smithfield Foods a augmenté de 4 % durant l’exercice 2002, tandis que le prix
moyen du porc vivant a baissé de 2 %. La nouvelle division de transformation
des viandes bovines de la Société a déclaré un chiffre d’affaires de
1,3 milliard $ et un bénéfice d’exploitation de 10 millions $.

Le groupe international de transformation des viandes de Smithfield
Foods, stimulé par le rendement élevé de ses activités de transformation des
viandes en France, a augmenté son bénéfice d’exploitation. Les résultats
internationaux sont intégrés à ceux du groupe de transformation des viandes.

Le groupe d’élevage porcin a enregistré un bénéfice d’exploitation de
271,6 millions $, exclusion faite d’une perte avant impôts de 5 millions $
absorbée à la suite d’un incendie survenu dans les fermes Circle Four, en
comparaison d’un bénéfice d’exploitation de 281,3 millions $ inscrit pour
l’exercice précédent. Les prix du porc vivant ont baissé de 2 %
comparativement à l’exercice 2001.

Durant le quatrième trimestre, Smithfield Foods a maintenu sa politique
de rachat d’actions, étant donné qu’elle semble faire fructifier l’avoir de
ses actionnaires. Ainsi, la Société a racheté 441 700 actions au quatrième
trimestre et 4 636 300 actions durant l’exercice 2002.

« Nous sommes déçus des résultats de notre quatrième trimestre, que la
faiblesse des prix du porc vivant et du porc frais ont visiblement affectés »,
a déclaré Joseph W. Luter troisième, président du conseil et chef de la
direction de Smithfield Foods. « Il reste que nous sommes très satisfaits de
nos résultats de l’exercice 2002, qui représentent une cinquième année de
profits records sur six exercices consécutifs. Nos activités subiront toujours
une certaine fluctuation puisqu’elles s’exercent dans le secteur des produits
de base; par conséquent, nos profits fluctueront toujours en fonction de ces
marchés. Nous continuerons, comme nous l’avons toujours fait, de nous
concentrer sur notre stratégie à long terme, qui consiste à exploiter notre
matière première de qualité supérieure dans le domaine du porc frais et
d’intensifier nos activités de transformation des viandes en vue d’étendre la
portée de nos marques principales, d’améliorer la combinaison optimale de nos
produits et d’enrichir nos marges », a-t-il conclu.

Depuis 1975, les investisseurs de Smithfield Foods profitent annuellement
d’un taux de rendement moyen composé de 27 %. Grâce à un chiffre d’affaires
annuel de 8 milliards $, Smithfield Foods est le plus grand transformateur et
distributeur de porc frais et de viandes préparées des Etats-Unis, ainsi que
le plus grand éleveur de porcs. Pour obtenir de plus amples renseignements,
veuillez consulter le site Internet de la Société.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Smithfield Foods, Inc.

http://www.smithfieldfoods.com

Commentaires