Soubresauts dans les marchés de la viande

Les querelles commerciales et la peste porcine africaine affecteront la demande pour les autres viandes, ainsi que leurs prix

Les marchés du porc ont dû interrompre les transactions lundi en raison du niveau maximal atteint par la baisse des cours, un phénomène qui s’est répété mardi matin. La bourse de Chicago réagissait ainsi aux dernières déclarations du président Donald Trump qui a menacé la Chine de nouvelles représailles commerciales au moment où la délégation chinoise est attendue à Washington pour tenter de résoudre le conflit commercial qui oppose les deux pays depuis presque un an.

Articles connexes

Cette réaction des marchés survient alors que le prix du porc est en forte hausse depuis le début de l’année. Les prix ont bondi en réaction à la demande accrue de la Chine qui voit son cheptel porcin être décimé par la peste porcine africaine, une maladie mortelle pour le porc pour laquelle il n’existe aucun remède. Selon les estimations, près de 150 millions à 200 millions de porcs ont été abattu depuis le début de l’épidémie en Chine,  ce qui correspond à 5% de l’offre mondiale.

Le géant américain de la transformation carnée, Tyson, a indiqué lundi que la tendance devrait se poursuivre jusqu’à l’année prochaine. Il anticipe que la demande affectera à la hausse les prix du porc, ce qui pourrait pousser les consommateurs à se tourner vers la viande de bœuf ou de poulet. “La peste porcine africaine a le potentiel d’affecter l’industrie internationale de la protéine à un niveau que nous n’avons jamais connu”, a indiqué le chef de la direction de Tyson, Noel White.

La maladie a déjà fait bondir les exportations de porc et de boeuf de Tyson, en plus d’exercer une pression sur les stocks aux États-Unis.

Tyson juge très probable que la maladie se retrouve aux États-Unis en raison du rythme de la propagation de la maladie dans les 12 derniers mois. En plus de la Chine, la peste porcine africaine a été détectée au Vietnam, au Cambodge, en Afrique du Sud et dans certaines parties de l’Europe.

Source: Reuters

 

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires