Soya : encore moins de pucerons en 2015

La semaine dernière, le dépistage du puceron du soya a été effectué dans 68 champs répartis dans neuf régions du Québec.

Pour l’ensemble des champs du réseau de surveillance, la moyenne provinciale est de 0,6 puceron par plant, soit le double de la semaine précédente.

À titre comparatif, selon le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP), pour la même période, la moyenne provinciale était de 2,7 pucerons par plant en 2014 et de 58,4 pucerons par plant en 2013.

Aucun puceron n’a été détecté dans 37 des 68 champs dépistés la semaine dernière. Dans les 31 autres champs où le puceron a été observé, les populations moyennes varient entre 0,03 et 13,2 pucerons par plant.

Les ennemis naturels du puceron du soya sont présents dans la moitié des champs du réseau (coccinelles, cécidomyies prédatrices, Leucopis, punaises anthocorides, syrphes et parasitoïdes). Le stade du soya des champs du réseau varie de V3 à R3.

Puisque les populations de pucerons du soya sont très faibles et que les ennemis naturels sont présents, il n’y a aucune mesure à prendre dans l’immédiat.

Pour connaître la stratégie d’intervention recommandée contre le puceron du soya au Québec, consultez le bulletin d’information Stratégie d’intervention recommandée au Québec contre le puceron du soya.

Pour vous aider à identifier les insectes (ravageurs ou ennemis naturels) que l’on peut retrouver présentement dans les champs de soya, vous pouvez consulter le carnet de champ des dépisteurs du RAP Grandes cultures. Vous pouvez aussi consulter la brochure Lutte intégrée contre le puceron du soya.

Source : Réseau d’avertissements phytosanitaires

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires