Un accord améliorera l’accès des producteurs de vin canadiens au marché international

Toronto (Ontario), 18 décembre 2001 – À la suite d’un accord international signé à Toronto, les producteurs de vin canadiens sont plus près de voir leurs vins sur la table d’un plus grand nombre de consommateurs à travers le monde.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a signé l’Accord de reconnaissance mutuelle des pratiques oenologiques au nom du gouvernement du Canada. L’accord aidera à assurer aux vins canadiens l’accès à de nombreux marchés internationaux.

« Les producteurs de vin canadiens ont travaillé extrêmement fort au cours de la dernière décennie pour améliorer la qualité de leurs vins et se tailler une réputation internationale mettant le Canada au rang des nations productrices de grands vins, a souligné M. Vanclief. Ils ont réalisé cet objectif et l’annonce du partenariat d’aujourd’hui est un autre exemple de la façon dont le secteur vinicole canadien continue d’élargir ses horizons en forgeant des alliances stratégiques misant sur sa croissance future. »

« Cet accord améliorera la pénétration du vin canadien de grande qualité dans des marchés mondiaux clés, a déclaré le ministre du Commerce international, M. Pierre Pettigrew. Grâce à cet accord, les vins canadiens seront reconnus dans des pays comme l’Australie, le Chili, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis. »

Les pays cités plus haut constituent collectivement le groupe des Producteurs de vin du Nouveau Monde (PVNM). L’Accord aidera à faciliter l’accès des producteurs de vin canadiens aux marchés de tous les signataires en autorisant l’importation de vin canadien produit conformément aux lois, règlements et normes en vigueur au Canada en matière de pratiques oenologiques.

L’accord reconnaît que les pratiques vinicoles de chaque pays ont évolué en fonction des conditions, des variations climatiques et des traditions locales et que les pratiques et la technologie de culture du raisin et de vinification progressent sans cesse. Les signataires acceptent le principe selon lequel, pour les pays où des mécanismes régissent la vinification, la reconnaissance mutuelle de la réglementation de chaque pays est la meilleure façon de faciliter le commerce international du vin.

Plusieurs nations du groupe des PVNM ont participé aux négociations relatives à l’accord, qui ont débuté il y a deux ans. Ce forum a été créé en 1998 en reconnaissance de la croissance du commerce du vin dans les pays producteurs de vin du Nouveau Monde.

L’accord couvre tous les aspects de la vinification et prévoit un mécanisme pour garantir la transparence du processus de réglementation dans tous les pays signataires, ce qui aidera à éviter les obstacles techniques au commerce du vin. De plus, l’accord renferme des dispositions visant à régler rapidement les conflits ayant trait aux pratiques vinicoles qui pourraient surgir entre les parties. Cependant, il ne limite aucunement la capacité du Canada de prendre des mesures contre des vins importés pour protéger la santé et la sécurité humaines.

Les ministres Vanclief et Pettigrew ont tous deux souligné que l’accord réduira les obstacles techniques au commerce du vin pour les producteurs à petite, moyenne et grande échelle. Ils ont également exprimé l’espoir que tous les pays producteurs et importateurs de vin adhèrent bientôt à l’accord. L’Afrique du Sud et l’Argentine ont jusqu’au 31 mars 2002 pour signer l’entente.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires