Un marché du porc en changement

Les fermes porcines produisent des porcs de plus en plus lourds dans des fermes de plus en plus performantes. Alors que les porcs pesaient 109 kg à l’abattage il y a une quarantaine d’années, ils sont aujourd’hui livrés à un poids de 127 kg. Alors que dans les années 1930, les truies produisaient 8 porcelets par truie, elles produisent maintenant plus de 20 porcelets.

« Et les abattoirs continuent de vouloir des porcs plus gros », expliquait le 17 octobre dernier le consultant technique chez Elanco États-Unis, Scott Carr, lors d’une journée organisée par cette compagnie.

Le marché du porc est la plus importante industrie de viande rouge au Canada avec 1,9 million de tonnes de porc produites en 2011. Le Canada compte 7000 fermes qui ont produit 27 millions de porcs en 2011. « Malgré un dollar canadien plus élevé, la valeur de porc a augmenté dans tous les marchés d’exportation », explique le vice-président des programmes techniques et services de commercialisation chez Canada Porc International, Michael Young.

Malgré un nombre de porcs stable, le Canada a augmenté sa production de porc grâce à un poids d’abattage plus élevé. Toutefois, le Canada importe aussi de plus en plus de porc, principalement des États-Unis. La tendance est là pour rester. Par exemple, Smithfield a cinq employés pour percer le marché de l’Ontario. « C’est quasiment autant que nous pour couvrir le monde entier », précise Michael Young. L’équipe de Canada Porc International compte six employés.

Technologies d’avenir

En 2050, la population mondiale aura cru de 50% comparativement à aujourd’hui. La demande en aliments aura doublé. « 70% de cette augmentation devra venir de la technologie », explique le directeur national chaîne alimentaire pour Elanco Canada, Stéphane Beaudoin. Selon lui, les technologies, comme celles offertes par Elanco avec notamment le Paylean, s’inscrivent dans cette voie.

« Ça commence par des produits approuvés et sécuritaires », explique-t-il. Il cite notamment la récente approbation (6 juillet 2012) de la ractopamine par le Codex Alimentarius, une norme internationale de qualité. La compagnie fait un travail de sensibilisation auprès des distributeurs, des restaurants, des gouvernements et des banques sur les bienfaits de ses produits.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Marie-Josée Parent

Commentaires