Un quatrième cas de fièvre catarrhale du mouton en France

Paris (France), 5 septembre 2006 – Un quatrième cas de fièvre catarrhale ovine (FCO ou maladie de la langue bleue) a été confirmé sur un taurillon à Tailly dans les Ardennes.

Tout le cheptel laitier, dont est issu l’animal, est consigné et mis sous surveillance. L’animal, qui présentait des signes cliniques de la maladie, a fait l’objet de tests sérologiques. Les analyses réalisées dans les laboratoires nationaux de référence (CIRAD (1) à Montpellier et AFSSA (2) à Alfort) ont confirmé la présence de la maladie. La France a notifié ce cas à la Commission européenne et à l’OIE (3) .

Ce nouveau cas modifie le zonage (voir l’annexe) mis en place depuis le 31 août dernier. La réglementation définit des zones de protection et de surveillance pour limiter, voire interdire les mouvements des ruminants vivants (bovins, ovins, caprins…), de leurs semences et embryons.

Cette maladie ne touche que les ruminants. Elle n’affecte pas l’homme et n’a strictement aucune incidence sur la qualité des denrées.

Les comités de suivi, mis en place à la demande du ministre de l’agriculture et de la pêche dans les 14 départements concernés, permettent de suivre l’application des mesures de lutte contre la maladie dans les zones réglementées.

Le ministère appelle les détenteurs de ruminants à notifier des symptômes suspects à leur vétérinaire sanitaire pour une détection précoce de la maladie.

Le dispositif de surveillance en place sera réévalué au regard de l’évolution de la maladie.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)
http://www.afssa.fr

Organisation internationale de la santé animale (OIE)
http://www.oie.int/

Commentaires