Une politique rurale coomme un coffre d’outils

Québec (Québec), 6 décembre 2001 – « (…) entendez-moi bien, cette première politique de la ruralité est un coffre d’outils avec lequel les hommes et les femmes de bonne volonté que nous sommes pourront se bâtir des villages à la mesure de leurs ambitions », a déclaré Jacques Proulx, président de Solidarité rurale du Québec lors de l’annonce par le gouvernement du Québec de la Politique nationale de la ruralité faite le jeudi 6 décembre 2001 à la Salle du Conseil exécutif de l’Assemblé nationale.

Il a poursuivi son allocution en demandant aux ruraux de renouveler leur regard, de rêver leur village, de voir les choses autrement et d’investir leur terroir.

Il a conclu sa présentation en disant : « Quant à Solidarité rurale du Québec, sa responsabilité sera de travailler au suivi de la politique, d’être le chien de garde des idéaux et des espoirs qu’elle contient afin de s’assurer que toujours les ruraux, hommes et femmes de vieilles cuvées ou de nouveaux arrivages soient maîtres de leurs rêves. Et je le répète aux durs de la feuille, le développement ce n’est pas qu’une question d’argent. À preuve, Saint-Camille, Saint-Fabien-de-Panet, L’Islet, Lac-Mégantic, Deschambault, Saint-Narcisse, Saint-Cyprien, Saint-Eugène-de-Guigues, ou Calixa-Lavallée avaient renoué avec la prospérité bien avant les mesures de cette politique. En fait, ils ont essaimé et l’État relaie leur réussite en offrant à l’ensemble des communautés du territoire un coffre d’outils. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Solidarité rurale

http://www.solidarite-rurale.qc.ca/

Commentaires