Valorisation des plantes et des biotechnologies végétales

L’Assomption (Québec), 27 janvier 2006 – Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, leader adjoint du gouvernement et ministre responsable de la région de Lanaudière, monsieur Thomas J. Mulcair, annonce la signature d’une entente de partenariat entre le gouvernement du Québec, la Conférence régionale des élus(es) Lanaudière (CRÉ), le monde municipal et régional, le milieu scolaire et le Carrefour industriel et expérimental de Lanaudière (CIEL). Ce partenariat, qui comporte un investissement total de 630 000 $ réparti sur trois ans, vise à soutenir l’Entente spécifique sur le financement du Carrefour industriel et expérimental de Lanaudière et le développement d’un créneau d’excellence dans le secteur de la valorisation des plantes et des biotechnologies végétales.

« Le CIEL est le seul centre de recherche expérimentale et appliquée de Lanaudière. Il est consacré à la valorisation des plantes et des biotechnologies végétales, un créneau reconnu qui permettra de stimuler la création d’entreprises de haut savoir et de les attirer dans la région. Il nous apparaît important de contribuer à son financement. C’est l’objectif que nous poursuivons grâce à l’entente annoncée aujourd’hui », a indiqué monsieur Mulcair.

Plusieurs partenaires financiers soutiennent la mise en oeuvre de l’entente. Du côté du gouvernement du Québec, le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation a consenti 120 000 $ et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, 30 000 $. La CRÉ Lanaudière, pour sa part, versera la somme de 225 000 $ grâce au Fonds de développement régional mis à sa disposition par le ministère des Affaires municipales et des Régions. Monsieur Marc Campagna, représentant de la MRC Les Moulins au Comité exécutif de la CRÉ et président de la Commission économique de la CRÉ, souligne l’importance du rôle joué par le CIEL dans le processus de développement économique de la région de Lanaudière. Il se dit également très fier de l’initiative de cet organisme, qui encourage la recherche et l’innovation. Du côté du monde municipal, la Ville de L’Assomption s’est engagée à verser une contribution de 150 000 $ et la MRC de L’Assomption, de 75 000 $. Le Cégep régional de Lanaudière participera à hauteur de 30 000 $ et le CLD de la MRC de L’Assomption, quant à lui, mettra son expertise à la disposition du CIEL.

Les priorités de l’entente
L’entente s’inscrit dans les priorités du plan stratégique de la région de Lanaudière, qui souligne la nécessité de développer une culture d’investissement en recherche et développement et de favoriser l’émergence d’une expertise en recherche et en formation.

Ainsi, l’entente a comme objectif d’assurer la poursuite des activités du CIEL. Elle comporte sept sous-objectifs :

  • mettre en oeuvre les orientations de l’entente-cadre;
  • favoriser le développement d’un créneau d’excellence dans le secteur des biotechnologies végétales et accroître la synergie entre les institutions du territoire qui offrent des activités connexes;
  • favoriser la réalisation d’activités de formation et de transfert technologique et améliorer la performance régionale en matière d’innovation;
  • permettre le développement d’activités d’essaimage et offrir des services d’accueil pour de nouvelles entreprises;
  • favoriser l’implantation et la croissance d’entreprises de transformation à valeur ajoutée dans le secteur des biotechnologies végétales;
  • encourager le développement de produits innovateurs et à valeur ajoutée dans le secteur des biotechnologies végétales;
  • favoriser le développement d’une main-d’oeuvre spécialisée dans le domaine des biotechnologies végétales et la création d’emplois de qualité.

« Je suis fier de la concertation qui a permis l’élaboration de cette entente spécifique. Je remercie tous les partenaires financiers et socioéconomiques et je suis persuadé que cette entente aura des répercussions positives sur le développement économique de la région de Lanaudière », a conclu monsieur Mulcair.

Rappelons en terminant, que la CRÉ de Lanaudière, qui est l’interlocuteur privilégié du gouvernement du Québec, a comme mission de stimuler le développement régional dans les secteurs social, culturel et économique.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec
http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires