Voyez-vous des papillons ?

expert-fourrager-Brigitte Lapierre

*Vers la mi-juin, certaines prairies de graminées ont commencé à être attaquées par des larves d’hespérie des graminées. En effet, plusieurs cas ont été relevés en Abitibi-Témiscamingue et dans le Bas St-Laurent/Gaspésie.

Le 17 juin dernier, le Réseau d’avertissement phytosanitaire a envoyé un bulletin d’information sur l’hespérie des graminées. Ce sont dans les champs qui n’étaient pas encore fauchés qu’on a pu remarquer les dommages (feuilles déchiquetées) et/ou la présence des larves. À la surprise des producteurs, il y a même des fourragères qui ont été « gommées » de larves (voir photo 1).

Source: Karine Aubertin, agr. Les Coops de l’Est Fourragère “gommée” d’Hespérie des graminées, juin 2015

Source: Karine Aubertin, agr. Les Coops de l’Est
Fourragère “gommée” d’hespérie des graminées, juin 2015.

 

 

 

 

 

 

 

Vers le début juillet, les larves, qui étaient rendus au stade 4 et 5 et mesuraient de 1,4 cm  à 2,5 cm (voir photo 2), causaient les plus grands dommages. Des larves de 1 cm  à 2,5 cm avaient déjà été observées auparavant le 16 juin, causant d’importants dommages.

Les dégâts pouvant s’étendre à une défoliation complète laissant uniquement les tiges. Cet insecte s’attaque principalement aux graminées (fléole des prés, brome, dactyle, chiendent, céréales, etc.).

Source : Karine Aubertin, agr., Les Coops de l’Est Hespérie des graminées, stades 4 et 5, tête verdâtre avec 2 stries bien visibles sur chaque hémisphère et son corps est marqué de deux bandes longitudinales bien définies.

Source : Karine Aubertin, agr., Les Coops de l’Est
Hespérie des graminées  stades 4 et 5, tête verdâtre avec 2 stries bien visibles sur chaque hémisphère. Son corps est marqué de deux bandes longitudinales bien définies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En présence de l’hespérie, la meilleure solution est de faucher avant de se faire manger l’ensemble du champ! D’ailleurs, la période est propice pour débuter la fauche. Par exemple, la région de l’Abitibi a déjà atteint presque partout les 300 degrés-jours.

Aujourd’hui, ce que vous pouvez apercevoir ce sont probablement les papillons (voir photo 3). Son cycle est à la veille de se terminer et le risque de rencontrer des larves est minime. Toutefois, il est primordial d’être vigilant face à la présence de ce papillon, car des infestations de larves pourraient être observées l’an prochain dans les prairies et pâturages situés à proximité des endroits où ces papillons ont été aperçus cette année. En effet, l’hespérie des graminées passe l’hiver sous forme d’œufs, ces mêmes œufs que les papillons pondent en ce moment.

Source : Daphné Touzin, agr., MAPAQ Papillon de l’Hespérie des graminées, Mont-Brun en Abitibi-Témiscamingue

Source : Daphné Touzin, agr., MAPAQ
Papillon de l’hespérie des graminées, Mont-Brun en Abitibi-Témiscamingue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, soyez aux aguets et faites la chasse aux papillons !
*Texte écrit par Brigitte Lapierre avec la collaboration du Conseil québécois des plantes fourragères.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires