Washington n’imposera pas de quotas sur le blé canadien

Washington (États-Unis), 15 février 2002 – L’administration Bush a rejeté une requête des producteurs américains de blé, qui demandaient que des quotas et tarifs soient imposés sur le blé canadien, a annoncé le représentant américain au Commerce.

Cependant, le représentant au Commerce a admis que les pratique de marketing de la Commission canadienne du blé (CCB) devaient être réformées et rendues conformes aux normes mondiales du commerce, et qu’il songeait à déposer une plainte à ce sujet à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Financée par le gouvernement canadien, la CCB est une agence responsable de la commercialisation des céréales et détient un monopole sur les exportations de blé et d’orge cultivés dans l’Ouest canadien.

Les agriculteurs américains ont accusé la CCB de pratiques illégales, incluant l’utilisation de subventions au transport et la vente de blé à des prix inférieurs au marché aux États-Unis et dans d’autres pays. La CCB a nié sa culpabilité.

« Le représentant américain au Commerce a décidé de ne pas imposer de quota avec tarifs pour l’instant puisqu’une telle décision serait en violation avec l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) et nos engagements envers l’OMC », a indiqué le bureau du représentant dans un communiqué.

L’imposition de quotas avec tarifs « pourrait se traduire par des représailles canadiennes contre l’agriculture américaine et ne constituerait pas une solution durable ou un changement permanent aux distorsions du marché causées par le monopole de la CCB », poursuit le communiqué.

Le représentant du Commerce a néanmoins indiqué que le gouvernement canadien accorde à la CCB « des droits de monopoles spéciaux et des privilèges qui lui confèrent des avantages concurrentiels qui nuisent aux producteurs américains de blé ».

Le ministre fédéral responsable de la CCB, Ralph Goodale, a estimé que le refus du représentant du Commerce d’imposer des tarifs et des quotas confortait la position du Canada et indiquait que la CCB utilisait des pratiques justes et équitables.

Quant à la possibilité d’une plainte à l’OMC, Ralph Goodale a indiqué aux journalistes dans une conférence téléphonique: « Nous aimerions mieux de ne avoir à affronter ce problème mais de toute évidence ils nous signalent qu’ils ont l’intention de continuer dans cette veine et nous devons continuer à nous défendre vigoureusement. »

Robert Zoellick, le représentant américain du Commerce, avait annoncé au début de février vouloir discuter avec les producteurs de blé du Dakota du Nord de la possibilité d’imposer des pénalité antidumping et des droits compensatoires contre le blé canadien.

Les cultivateurs du Dakota du Nord avaient exigé en septembre 2000 que des quotas temporaires soient mis en place pour forcer la CCB à abandonner des pratiques de dumping sur ses marchés d’exportation.

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé

http://www.cwb.ca/

Commentaires